Éolien

Elisabeth Ayrault : le Rhône permet à CNR de voir plus loin

Elisabeth Ayrault : le Rhône permet à CNR de voir plus loin

Elisabeth Ayrault, présidente directrice générale de CNR, explique comment l’entreprise développe bien plus largement que le long du Rhône, son activité de producteur d’énergie renouvelable et ses compétences d’aménageur global de bassins fluviaux.

Pourquoi parle-t-on de plus en plus de CNR,  moins de la Compagnie Nationale du Rhône?
C’est l’évolution de bien des sociétés. « Compagnie nationale du Rhône » cela rappelle nos racines mais aujourd’hui le Rhône n’est plus le seul actif sur lequel nous nous appuyons. Nous sommes « nés pour le Rhône », mais nous avons aujourd’hui des activités en France en dehors du bassin du Rhône, aussi bien dans l’éolien que pour le photovoltaïque. Dans le sud est pour le solaire, dans le nord ouest pour l’éolien. Notre objectif est de disposer d’une puissance installée « hors Rhône » de 1000 MW en 2020. Nous sommes aussi présents à l’international dans une quarantaine de pays avec nos moyens d’ingénierie très spécialisée ; et quand nous sommes au Laos ou sur les bords du Parana en Amérique du Sud pour  étudier de nouveaux aménagements du barrage d’ITAIPU, Compagnie Nationale du Rhône ne parle pas forcément. Il est normal de simplifier.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !

VOIR AUSSI