Améliorer la culture sur brûlis pour réduire la déforestation


La déforestation de la forêt tropicale est responsable de 15% des émissions de carbone. Dans le cadre de sa thèse au sein du Laboratoire des systèmes écologiques (ECOS) de l'EPFL, Justine Gay-des-Combes a mis au point à Madagascar, une technique durable pour améliorer la culture «sur brûlis»  et réduire l'abattage des arbres.

 La déforestation des forêts tropicales est responsable d’environ 15% des émissions de carbone. A Madagascar, la déforestation est l’une des plus alarmantes du monde. En 50 ans, 70% de la couverture de forêt a disparu . Trois activités sont à l'origine de la déforestation : l’exploitation de bois précieux, la fabrication de charbon de bois et la culture sur brûlis.
Dans le sud-ouest de Madagascar, les agriculteurs cultivent depuis les années 1930 du maïs destiné en bonne
partie à l’exportation. Cette culture, importée de l’étranger, est mal adaptée aux sols pauvres et acides de l'ile car elle absorbe quasi tous les nutriments disponibles dans le sol. Résultat: les agriculteurs abandonnent rapidement leurs champs, en général après trois ans d’exploitation, puis défrichent de nouvelles terres forestières. La forêt ne se régénère que difficilement sur les parcelles délaissées. La forêt dense et sèche de Kirindy, là où la thèse de l’EPFL a été conduite, subit une déforestation annuelle de 2,6% qui devrait aboutir à sa disparition totale est prévue d’ici à 2050.

Après deux années de tests dans deux villages du sud-ouest du pays, la chercheuse a développé un système écologique et social alliant la création de compost à la réhabilitation de puits. L’ingénieure en environnement a également organisé sur place des formations dédiées aux agriculteurs pour leur enseigner sa technique. Durant deux ans, la chercheuse a effectué des mesures dans des champs de maïs et a entrepris des expériences sur de nouvelles parcelles, ainsi que de manière très contrôlée dans des pots.

La chercheuse a procédé à un abattage sélectif des arbres dans la forêt secondaire, plutôt qu’à un abattage total. Sur les surfaces préparées avec des cendres d’arbres, selon la méthode traditionnelle, elle a ajouté un peu de compost autour des graines de maïs au moment du semis. Pour vérifier l’hypothèse d’une synergie efficace entre les cendres et le compost, l’expérience a pris place sur des sols dégradés considérés comme stériles.
Après deux ans d’expérimentation le rendement des champs cultivés par Justine Gay -des-Combes s’est révélé cinq fois supérieur à celui basé sur la culture traditionnelle. Les plantes de maïs ont atteint 240 cm, contre 140 cm, avec des épis plus nombreux et de meilleure qualité. Ce rendement aurait pu être plus élevé sans le passage, en 2015 , d’un cyclone. La cendre contrairement à ce que pensent certains paysans  augmente le pH du sol à une valeur neutre, ce qui est très favorable pour ces sols tropicaux très acides. Les cendres aident à libérer le phosphore et divers autres nutriments importants
pour les plantes. L’ajout local de compost apporte la matière organique et l’azote qui manquent tous deux dans ces sols pauvres et dont les cendres sont dépourvues. L’humidité du sol est renforcée. Cette nouvelle pratiqueles rend donc aussi plus durables.
Les Malgaches n’ayant pas assez d’ordures ménagères pour constituer du compost, JustineGay-des-Combes a décidé d’en fabriquer à partir de branchages pris sur les arbres poussant près des champs. Des branches  coupées à la machette et à la broyeuse  ont été déposées brut dans des fosses d’un mètre de profondeur qui avec un brassage hebdomadaire et un maintien du taux d’humidité,  a permis  de faire murir le le compost en sept à huit mois.»
En fondant l’association «Blue for Green», la chercheuse a pu récolter des fonds par l’intermédiaire d’Ingénieurs du Monde-EPFL, ainsi que par la Fédération Vaudoise de Coopération (FEDEVACO) pour réhabiliter quatre puits et en construire un nouveau . «Nous travaillons avec quatre formateurs qui entretiennent les puits, transmettent notre techniqueagricole aux villageois et leur délivrent des conseils en hygiène et santé», explique Justine Gay-des-Combes, membre et ancienne présidente d’Ingénieurs du Monde. «La moitié des 500 agriculteurs ayant reçu une formation ont testé la technique de fosses à compost. Il a toutefois été évidemment difficile de les sensibiliser à l’importance d’arroser régulièrement les 35 composts en période de sécheresse, lorsqu’ils devaient déjà faire la queue au puits pour leur propre consommation d’eau. Nous sommes donc en train de développer une méthode d’arrosage automatique pour faciliter cette étape», explique la chercheuse.
L’ajout de compost et la présence d’arbres non abattus dans les champs, à la manière de l’agro-foresterie, pourraient prévenir l’érosion et le lessivage des sols en maintenant la structure du sol et en retenant une partie de ses nutriments.
Directeur de la thèse et du Laboratoire ECOS, Alexandre Buttler mène depuis plus de dix ans des recherches à Madagascar. Pour lui, le travail de Justine Gay-des -Combes ouvre de nouvelles perspectives : «Le but ultime de cette recherche à l’EPFL est de donner aux paysans les moyens de cultiver d’année en année le même sol, plutôt que d’utiliser la forêt primaire comme réserve de sols. Avec cette dernière thèse de doctorat, nous avons des pistes encourageantes pour améliorer les rendements agricoles et la durabilité des sols dans l’une des régions les plus pauvres du monde.»
Référence Justine Gay-des-Combes, Improving slash-and-burn agriculture in Central Menabe,Madagascar, 30 juin 2017.




Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

(requis)

(requis)


Lyon-Turin : la Transalpine demande la mise en place de l’Eurovignette

Mercredi 27 septembre se tient à Lyon un Sommet franco-italien co-présidé par Emmanuel Macron et Paolo Gentiloni, Président du Conseil italien. Le Comité pour la Transalpine attend que l’Etat français confirme ses engagements, pour le financement du tunnel de base mais aussi pour celui des accès.


Supraways : des investissements moins lourds

Les réseaux de navettes suspendues imaginées par SUPRAWAYS permettent un investissement d’un montant limité au kilomètre linéaire et misent sur une capacité horaire par ligne supérieure à celle de systèmes lourds.


Supraways vise des transports publics équilibrés sur le plan financier

Avec des systèmes de transports urbains suspendus et automatisés, Supraways entend développer des services équilibrés sur le plan financier.


Supraways, des systèmes de transport suspendus et automatiques pour la ville de demain

A ECULLY,  la jeune pousse SUPRAWAYS, installée au sein de la pépinière EM Lyon, imagine une solution de transports suspendus, qui libère le sol des villes et offre un réseau de transports avec des modules guidés automatiquement.


Salon Glassman Europe : le secteur du verre d’emballage innove pour l’économie circulaire

Le salon Glassman Europe 2017 réunit à Lyon pendant deux jours un millier de spécialistes du verre creux destiné à l’emballage. Le secteur a fait d’énorme progrès pour réduire sa consommation énergétique et développer le recyclage.


Antarctique : le vent sublime les flocons et réduit les chutes de neige

Dans une zone de Terre Adélie, près du sol, les vents catabatiques font passer les flocons de neige de l’état solide à l’état gazeux ce qui réduit en partie les précipitations neigeuses qui contribuent à la formation de la calotte glaciaire. L’étude paraît dans Proceedings of the National Academy of Sciences. Enviscope.com à partir du […]


Le SuperGrid Institute à Villeurbanne : pour les stations de transfert d’énergie de demain

Le SuperGrid Institute à Villeurbanne  travaille sur plusieurs volets des réseaux  d’électricité du futur, notamment les Stations de Transfert d’Energie par Pompage.


Lighting Days : trois rendez-vous autour de l’éclairage les 13 et 14 décembre à Lyon

Le regroupement des salons leaders en France sur le marché de l’éclairage, ForumLED Europe, Full LED Expo et Forum LumiVille, donne naissance aux LIGHTING DAYS, qui se tiendront les 13 et 14 décembre, au Palais des Congrès de Lyon. Trois salons aux approches différentes du secteur de l’éclairage et de la lumière, ForumLED Europe, Full […]


Des technologies pour de nouveaux réseaux d’énergies

La production d’électricité renouvelable sera bien plus décentralisée et bien plus irrégulière que la production actuelle, d’origine thermique, centralisée et prévisible.


Electricité renouvelable : 22,1% de la consommation au deuxième trimestre

Le Syndicat des Energies Renouvelables met en avant la progression de la puissance installée en un an. La puissance du parc de production d’électricité renouvelable – hydroélectricité, solaire photovoltaïque, éolien et bioénergies – s’élève, fin juin 2017, à 46 853 MW. Elle atteint 91 % de l’objectif 2018 prévu par la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie).


Nucléaire médical : l’Autorité de sûreté prône la vigilance

La Division Auvergne Rhône-Alpes de Autorité de Sûreté Nucléaire contrôle  les installations nucléaires utilisées dans le secteur de la santé.


Chauffage au bois : la qualité de l’air est un objectif pour le SER

Le Syndicat des Energies Renouvelables  met en avant  une étude « Impact de la qualité du combustible bois bûche et de l’évolution du parc d’appareils à bois sur la qualité de l’air » qui confirme les progrès réalisés et les progrès possibles pour la qualité de l’air.


Sureté nucléaire : globalement satisfaisante en Auvergne-Rhône-Alpes

La Division Auvergne Rhône-Alpes de l’Autorité de Sûreté Nucléaire  estime que la radioprotection est d’un bon niveau dans la région, mais elle attire l’attention sur les améliorations à apporter dans le secteur de la radiothérapie.


Les groupes chimiques misent sur la mobilité durable

Les acteurs régionaux de la chimie mais aussi Michelin, misent sur la transition énergétique.


IFPEN acteur de la recherche en Auvergne-Rhône-Alpes

L’IFP Energies Nouvelles entretient des liens étroits avec la recherche notamment en région lyonnaise.