Solaire

Equipements solaires : Lagazel, CEA et l’INES lancent la filière de retraitement en Afrique

Emmenées par Lagazel, de Saint-Galmier,  et le CEA, des entreprises et associations  françaises sont prêtes à relever le défi de la valorisation des déchets solaires en Afrique.

Une quinzaine d’acteurs français du secteur de l’électrification rurale hors-réseau , notamment en Afrique, afin de présenter les premiers résultats du projet de collecte, recyclage, et réemploi  d’équipement solaire en Afrique. Ces entreprises françaises se sont réunies le 6 juillet à l’initiative de la PME Lagazel implantée à Saint-Galmier, pour échanger sur les solutions de valorisation des déchets issus de l’industrie solaire. Cette rencontre du Club de suivi est organisée dans le cadre du projet de réduction des déchets de l’industrie solaire mis en œuvre par Lagazel au Burkina Faso en partenariat avec le CEA ( Commissairat à l’Enerie Atomique et aux Energies Alternatives) , et financé par le Ministère de l’Economie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique.

        L’énergie solaire a très fortement progressé en Afrique au cours de la dernière décennie. Alors que la filière de recyclage sur le continent démarre à peine, la PME franco-africaine Lagazel entend contribuer à l’économie circulaire par le déploiement de solutions pour prolonger la durée de vie des batteries et panneaux solaires.

          Dans la lignée de son cœur de métier dédié à la fabrication locale d’équipements solaires de qualité, Lagazel met en œuvre des activités visant à collecter, tester et reconditionner des batteries et panneaux solaires usagés afin de leur donner une seconde vie.  A ce jour, près d’une demi tonne de batteries ont été collectées au sein de l’atelier Lagazel à Dédougou au Burkina Faso. En partenariat avec le CEA-Liten et les chercheurs de l’INES, les processus de test et reconditionnement ont été validés et des équipements de technologie simple , adaptés au contexte africain, ont été mis au point. Le déploiement des équipements est en cours pour démarrer l’industrialisation au Burkina Faso.

         Une quinzaine d’organisations françaises sont engagées dans l’initiative : des entreprises comme Total Energies, Myjoulebox, Qotto, Benoo Energies ; des ONG du secteur de l’accès à l’énergie comme Electriciens sans Frontières, la Fondation Energies pour le Monde, Entrepreneurs du Monde ou le GERES ; des clusters et pôles de compétitivité comme Tenerrdis et le pôle MEDEE.

           Ces nouvelles activités vertes et innovantes sont le fruit d’une collaboration étroite entre la PME Lagazel et un acteur majeur de la recherche en France, le CEA-Liten. Elles s’inscrivent dans le cadre du Fonds d’études et d’aide au secteur privé (FASEP) du Ministère de l’Economie, des finances et de la souveraineté industrielle et numérique qui aide les entreprises françaises à se développer à l’international. Le déploiement du démonstrateur au Burkina Faso est réalisé en partenariat avec l’Agence Nationale burkinabe des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique (ANEREE). Le projet permettra de créer des emplois dans une région sahélienne en proie à une insécurité croissante, et aussi de favoriser l’accès à l’énergie pour tous à un coût abordable. L’ambition de Lagazel est de répliquer le démonstrateur dans plusieurs pays d’Afrique à l’horizon de 5 ans.

 

VOIR AUSSI