Mobilité

Fermeture des établissements scolaires : les autocaristes en péril

La fermeture des établissements scolaires en raison de l’épidémie de coronavirus covid-19 met dans de graves difficultés les entreprises du secteur dont l’activité est réduite presque à néant.

Depuis le début de l’épidémie, les entreprises de transport routier de voyageurs  ont vu leur fréquentation baisser. La Fédération Nationale des Transport de Voyageurs ( FNTV) demande au Gouvernement depuis 15 jours des mesures à la hauteur du choc. © Michel Pérès / Région Auvergne-Rhône-Alpes

La fermeture des établissements scolaires, depuis lundi et jusqu’à nouvel ordre, place les entreprises de transport de voyageurs dans une situation difficile. Les entreprises ne conservent comme activité importante que la desserte des lignes régulières interurbaines mais avec une offre de service réduite du fait de l’absentéisme de clients confinés qui ne fréquenteront plus ces lignes.

Depuis le début de l’épidémie, les entreprises de transport routier de voyageurs  ont vu leur fréquentation baisser. La Fédération Nationale des Transport de Voyageurs ( FNTV) demande au Gouvernement depuis 15 jours des mesures à la hauteur du choc. La  FNTV attend du Gouvernement et des Régions un plan d’urgence pour la survie des entreprises.

La FNTV demande des assurances  quant au paiement par les Régions de la totalité des prestations de transport scolaire dans des conditions dérogatoires exceptionnelles aux contrats existants. Elle demande la mise en place d’un fonds de solidarité par l’Etat auquel les PME pourront avoir recours en urgence pour tenter d’éviter les défaillances désormais inéluctables. La FNTV demande plusieurs mesures pour éviter la disparition d’entreprise indispensable au fonctionnement d’une mobilité propre sur l’ensemble des territoires :  exonération des charges sociales et fiscales jusqu’au retour à la normale,  prise en charge intégrale du chômage partiel, plan de relance ambitieux pour anticiper la reprise d’activité.

 

VOIR AUSSI