Construction et aménagement

Rhône-Alpes : les opportunités à saisir de la Fédération du Bâtiment

« Il n’est pas dans l’ADN des entrepreneurs de subir, sans rien faire. Nous avons le sentiment de pouvoir contribuer à une dynamique salvatrice ». C’est sur cette résolution que démarre Jacques Chanut, président du bâtiment en Rhône-Alpes. L’année écoulée n’a pas été bonne. Les mises en chantier de logements baissent de 9% sur un an à fin mai et les défaillances d’entreprises augmentent dans la proportion inverse. De même il anticipe d’ici fin 2013 une baisse nette des effectifs du secteur de l’ordre de 3 000 salariés sur les 150 000 de Rhône-Alpes.

Alors, si un retour de la croissance se profile en Europe autant en profiter. D’autant que les responsables de la fédération voient plusieurs opportunités à saisir, exprimées depuis lundi dans leur campagne en direction du grand public : « Aujourd’hui, c’est le bon moment pour faire des travaux ! »

Un proprétaire sur deux envisage des travaux

La FFB s’appuie sur une étude qu’elle a commandée à l’institut Ipsos, dans laquelle 53% des propriétaires interrogés déclarent avoir prévu d’effectuer des travaux de rénovation dans leur logement. Pour 30% d’entre eux, ces travaux seraient même prévus dans moins d’un an et 42% envisageraient des travaux d’isolation et d’économie d’énergie.

« Nous sommes à une période charnière, confirme Gilles Courteix, président de la fédération du Rhône, les gens ont pris conscience de la nécessité de modifier leurs comportements. » Cela va en effet être indispensable, face à la hausse programmée du coût de l’énergie. De plus la TVA sur les travaux de rénovation, malgré une forte pression des professionnels à son maintien à 7%, passera vraisemblablement à 10% au 1er janvier prochain. Avec la baisse des taux des livrets, l’épargne est moins rémunératrice et les taux bancaires sont de l’avis général au plus bas.

Des aides soumises à l’éco-conditonnalité

Il faut ajouter également l’éco-prêt à taux zéro, cumulable sous conditions de ressources avec le crédit d’impôt en faveur du développement durable (CIDD). L’éco-conditionnalité de ces aides au 1er juillet 2014 (le fait qu’elles ne puissent être obtenues qu’avec des entreprises certifiées RGE1), qui avait été annoncée par Delphine Batho avant son départ, n’a pas encore été confirmée par Philippe Martin, son successeur. Ce principe d’éco-conditionnalité, réclamé par les professionnels serait un gage de qualité pour les propriétaires et une incitation pour les entreprises à poursuivre la formation engagée dans le plan Feebat2.

antoine.reboul@enviscope.com

POUR EN SAVOIR PLUS : FFBRA

* Sur notre photo : au 1er rang de droite à gauche : Jacques Chanut, président de la FFB Rhône-Alpes, Gilles Courteix, président de la FBTP du Rhône, Jacques Blanchet (Loire). Au 2e rang de droite à gauche : Renaud Collard de Soucy (Haute-Savoie), René Chevalier (Savoie), Pierre Streiff (Isère), Franck Perraud (Ain) et Gérard Payen (Drôme-Ardèche).

Reconnu Grenelle de L’Environnement

Formation aux Economies d’Energie dans le Bâtiment

VOIR AUSSI