Médiathèque

Fleurs, fruits, légumes : l’épopée lyonnaise

Intérêt pur les botanique, inventaires locaux, herbiers, voyageurs explorateurs, collectionneurs, jardiniers architectes, obtenteurs de variétés de rosiers, mais aussi de fruits et de légume: l’historie des la biodiversité domestique a depuis cinq siècle été marquée par les talents réunis à Lyon.
Stéphane CROZAT, historien de l’art et des jardins, ethnobotaniste, Philippe Marchenay, ethnobiologiste et Laurence Bérard, ethnologue, proposent avec Pierrick Eberhard, journaliste, une fresque très agréable à parcourir de la contribution lyonnaise( au sens large) au développe de la biodiversité domestique.

L’ouvrage aurait pu rappeler comment s’obtient la diversité domestique, par sélection, par clonage, par hybridation. A l’heure ou les biotechnologies ont franchi des pas de géant (transgenèse etc.) il aurait été intéressant de mettre à nu les racines de cette tendance humaine à manipuler le végétal. Il aurait été intéressant d’expliquer comment on « obtient des variétés » en puisant dans le capital non exprimé de gènes caché par des espèces.
Cela expliqué, en gommant la frontière arbitraire entre sciences dites exactes et sciences humaines, le retour en arrière n »’aurait eu que plus d’intérêt.
Mais la présentation de l’histoire lyonnais de diversité domestiqué végétale, n’en reste pas moins passionnante. Sont bien montrés les liens entre l’esprit de la Renaissance» l’édition, la recherche croissante d’une amélioration des performances du vivant, la curiosité pur la nature. Renaissance, Lumières, révolution industrielle, mouvement de physiocrates, passion pur l’innovation triomphante, les étapes de nos sociétés modernes sont là. Elles sont illustrées de personnes, de documents, en particulier de belles gravures.
L’âge d’or révolu, il aurait été intéressant de dresser u tableau de ce qui reste des heures fastes des savoir faire lyonnais.

Fleurs, fruits, légumes : l’épopée lyonnaise, Stéphane CROZAT, Philippe Marchenay et Laurence Bérard, avec la participation de Pierrick Eberhard, Editions lyonnaises d’Art et d’Histoire, 180 pages, 35 euros.

VOIR AUSSI