Air

Forte pollution soufrée au dessus de Lyon

De nombreux habitants de l’agglomération lyonnaise ont signalé des odeurs très intenses ce mercredi 22 juin. Ces odeurs décrites comme de “chimie”, “gaz de ville”, “oeuf pourri”, “essences/hydrocarbures” ont provoqué une gêne très importante.
Les signalements effectués sur le site www.respiralyon.org ont permis d’évaluer rapidement l’ampleur géographique du phénomène et sa progression. D’abord ressenties dans la partie sud de l’agglomération, les odeurs ont gagné le centre et le nord, portées par un vent de sud soutenu. Après enquête des services de l’Etat, il s’avère que les nuisances sont liées à un incident sur la raffinerie de Feyzin, se traduisant par une émission imprévue de composés soufrés.
Incident technique à la raffinerie Total de Feyzin
A 8h ce matin, suite à un déréglage de l’une des unités de traitement des gaz soufrés (US 500), le gaz traité a été envoyé sur l’autre unité de traitement (US 800) et l’unité US 500 a été mise en sécurité. Une quantité de dioxyde de soufre (SO2) a été envoyée de la torche T3 durant environ 30 minutes. C’est ce gaz brûlé qui a provoqué une gène olfactive et respiratoire. A partir de 8h30, la situation de traitement des gaz soufrés est redevenue normale.

L’incident a généré 1000 appels au standard du SDIS sapeurs-pompiers entre 9h15 et 10h15 ce matin et 3 personnes ont dû être hospitalisées à Lyon et Villeurbanne suite à des problèmes respiratoires légers. Un inspecteur de la
direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) s’est rendu sur place.
L’émission n’était pas toxique et ne présentait pas de risque pour la santé. Il était inutile de se confiner, il est même recommandé d’aérer les habitations et les bureaux.

Pas d’élévation des taux de pollution

Les taux de pollution mesurés grâce au réseau permanent de capteurs n’ont pas connu d’élévation importante, notamment les taux de dioxyde de soufre sont restés faibles, largement inférieurs au seuil recommandé pour la protection des populations. Des prélèvements complémentaires ont néanmoins été réalisés par Respiralyon en plusieurs points de l’agglomération. Ils seront analysés par un laboratoire afin de déceler et quantifier si possible la présence de composés odorants.
Créé en 2003 par le SPIRAL (secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles et des risques dans l’agglomération lyonnaise), Respiralyon a pour objectif le suivi et la prévention des odeurs. Chaque personne peut via internet ou par téléphone au 0 800 800 709 (N° vert), signaler une odeur en temps réel. En cas d’épisode d’odeurs important, associé à des craintes sanitaires ou de sécurité publique, il est impératif de contacter en premier lieu les POMPIERS (Tél : 18)
La centralisation des signalements d’odeurs assurée par Respiralyon facilite la recherche des causes. Actualisé à chaque signalement, une carte du jour est consultable en direct sur www.respiralyon.org Cette carte permet à tous de connaître l’état olfactif de l’agglomération lyonnaise en temps réel.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI