Grand Lyon : la Métropole peut agir sur un quart des émissions de son territoire

La Métropole influe directement sur un quart des  émissions  carbone du territoire, en agissant sur son propre fonctionnement ou sur des services et des commandes publiques.

Les émissions de carbone du territoire du Grand Lyon ont été diagnostiquées en 2009 avec l’établissement d’un cadastre des émissions qui permet d’identifier les sources de production de carbone.

Le secteur des transports de personnes et de marchandises est le premier secteur émetteur de polluants, particules, dioxyde d’azote, nuisible à la santé, mais aussi de carbone sur le territoire, avec 29,1% des émissions. Les émissions ne prennent en compter que les transports internes au territoire, et non pas les déplacements vers l’extérieur du territoire, ou depuis l’extérieur du territoire, qui restent non comptabilisés. Ne sont pas pris en compte les déplacements en voiture de transit, les déplacement de et vers les aéroports, et les déplacements ferroviaires en dehors des déplacements locaux.

Le deuxième poste reste représenté par les industries sous quotas, qui pèsent 25% des émissions,  devant le secteur de l’habitat, 17% des émissions, et le secteur tertiaire, 12,7% des émissions.  Les réseaux de chaleur pèsent 7,7% des émissions et l’agriculture 0,4%.

La Métropole comme collectivité, représente 5% des émissions selon le Bilan carbone du patrimoine du Grand Lyon. Ces émissions sont celles qui dépendes de la commande publique, des bâtiments, de la gestion des déchets de la collectivité ( service de collecte, de traitement, d’incinération) , du service de l’eau ( production, distribution) et du déplacement des agents.

Vingt pour cent des émissions du territoire,  peuvent être influencées par la politique de la Métropole qui édite des règles ,  finance des organismes, incite des comportements plus ou moins vertueux.le Grand Lyon agit ainsi sur le logement neuf en ZAC, sur le logement social, par l’intermédiaire des bailleurs sociaux, sur les transports collectifs, à travers le SYTRAL, le chauffage urbain et à travers l’urbanisme.

Les trois quarts des émissions sont le fait des acteurs du territoires: les entreprises, les 58 communes de la Métropole et les habitants, au niveau de leur logement, de leur transport, et de leur consommation. Les biens de consommation et les bien d’équipement produits hors du territoire ne sont pas inclus dans les sources de carbone.

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Bienvenue !

Connectez-vous à votre compte

Récupérez votre mot de passe

Veuillez entrer votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.