Biomasse / Déchets

GRDF et l’Inrae coopèrent pour développer la méthanisation agricole

A l’occasion du Salon de l’agriculture, Philippe Mauguin, PDG de l’Inrae et Édouard Sauvage, directeur général de GRDF, ont signé un accord-cadre pour favoriser la méthanisation agroécologiques. Objectif : développer des cultures intermédiaires multi-services ou à vocation énergétique.

Philippe Mauguin, PDG de l’Inrae et Edouard Sauvage, directeur général de GRDF. ©Inrae

Selon une étude de l’Ademe, les gisements agricoles représenteraient plus de 90 % du potentiel de la méthanisation en France. La méthanisation apporte de nombreux bénéfices aux agriculteurs : revenus diversifiés, valorisation de leur exploitation en créant une dynamique locale (création d’emplois), levier vers l’agroécologie (solution vertueuse pour le traitement des déchets, production d’un engrais organique naturel …).

L’Inrae et GRDF entendent ensemble valoriser le biométhane et accompagner les agriculteurs de la production à l’injection du gaz vert dans le réseau de distribution. La collaboration Inrae et GRDF depuis février 2018 a permis de produire deux thèses Cifre(1) et plusieurs contrats de recherche et de prestations sur divers thèmes : conservation du potentiel énergétique des digestats, rôle positif des cultures intermédiaires sur le stockage du carbone organique dans les sols agricoles, évaluation environnementale de la méthanisation en analyse de cycle de vie…

Quatre objectifs prioritaires

La coopération Inrae-GRDF a quatre objectifs prioritaires :

  • L’amélioration du processus de digestion anaérobie notamment via la caractérisation des ressources, l’ajout de prétraitements, une meilleure compréhension des procédés et la limitation des pertes techniques de méthane ;
  • La modélisation et l’étude de la qualité du biométhane pour injection dans les réseaux ;
  • L’amélioration de la valorisation des digestats grâce notamment à des études d’impacts agronomiques, environnementaux et sanitaires ;
  • L’insertion de la méthanisation dans les pratiques agricoles et notamment l’accompagnement pour le développement de cultures intermédiaires multiservices (CIMS) et « à vocation énergétique » (Cive), en tenant compte du stockage de carbone dans les sols et des autres impacts sur l’environnement.

1. Thèses CIFRE : Conventions industrielles de formation par la recherche

VOIR AUSSI