Environnement

Haute Savoie: vers de nouveaux observatoires de la biodiversité en montagne

La connaissance de la biodiversité et de ses évolutions est insuffisante dans les territoires de montagne, où elle représente pourtant un enjeu crucial. Sa richesse peut être menacée par des projets sera bouleversée par le réchauffement climatique qui modifiera le cycle de l’eau, les précipitation, l’étagement de la végétation, etc
Pour mieux appréhender et intégrer la nature dans les stratégies et projets locaux, il est nécessaire de mettre en place un suivi sur le long terme.
Dans les stations touristiques de montagne, une observation régulière des ressources doit servir à la stratégie des projets qui intégreront cette dimension dès leur conception. Le but est d’anticiper les impacts du changement climatique sur la biodiversité pour  mettre en place diverses actions: corridors écologiques, pastoralisme…
Un observatoire doit permettre d’établir l’état initial de l’environnement comme cela a été réalisé par l’observatoire développé depuis six ans par la station de Flaine.  La qualité du travail réalisé d’intégration de la composante environnementale, montre la pertinence d’une extension à d’autres territoires tels que les stations situées à proximité du Mont Joly. Le coût de lancement d’un observatoire peut être estimé entre 40 000 et 50 000 €, auxquels il faut ajouter 10 000 à 15 000 € par an pour actualiser et renforcer l’observation. Dans le cadre du Contrat de Projet Interrégional CPIER Alpes les partenaires souhaitent contribuer à développer ces démarches en Haute-Savoie, grâce à une aide à hauteur de 50% pour le lancement de l’observatoire et son fonctionnement les trois premières années pour un montant du projet 400 000 € HT

VOIR AUSSI