Énergie

BORLOO présente un grand plan de relance de l’hydroélectricité

A l’occasion du soixantième anniversaire du barrage de GÉNISSIAT ( in) , Jean-Louis BORLOO, a présenté un grand plan de relance de la production hydroélectrique. Ce plan est la première étape de l’exercice de programmation énergétique pour 2020 découlant des conclusions du Grenelle Environnement. Il sera présenté par le ministre d’État, Ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire devant le Parlement avant la fin de cette année. Le ministre souhaite que la France aille jusqu’au bout de son potentiel dans chaque filière d’énergies renouvelables pour atteindre l’objectif de 23 % d’énergies renouvelables d’ici 2020.


Avec une production de 70 térawatts-heure par an et une puissance installée de 25 000 MW, l’hydroélectricité est la première source d’électricité renouvelable en France. Elle représente 12% de la production nationale d’électricité. La France dispose du deuxième parc européen après la Norvège.


Jean-Louis BORLOO a annoncé la signature du décret autorisant la mise en concurrence des concessions. Le plan de relance prévoit en effet le renouvellement des concessions des 399 concessions hydroélectriques des plus grands barrages français qui représentent une puissance de 23 500 MW et une production moyenne de 62,6 TWh/an. EDF est titulaire de plus de 80 % des concessions hydroélectriques. Suez, par le biais de la Compagnie Nationale du Rhône et de la SHEM, est titulaire de 12 % des concessions. Huit pour cent sont petites installations concédées à des producteurs indépendants.


Sécurité et environnement


Les candidats devront répondre à trois exigences. La première est une exigence “absolue de sécurité des installations”. Cette exigence découle des constats réalisés ces dernières années sur le vieillissement de certains ouvrages, sur les risques sismiques, sur les effets de la maladie du béton. Tous ces éléments ont été rappelé récemment dans le rapport réalisé par le député Christian Kert, dans le cadre de l’Office Parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques. La deuxième est une exigence d’efficacité énergétique pour exploiter au maximum le potentiel de production. La troisième exigence est l’exemplarité en termes de qualité des eaux, de respect de l’environnement et des écosystèmes.


Les appels à candidature auront lieu en 2009. La procédure de renouvellement devant durer environ trois ans, les premières concessions devraient être attribuées à partir de 2012.


Soutien de l’Etat aux investissements


Le deuxième volet prévoit un soutien massif de l’Etat aux investissements dans les barrages. Cette orientation est conforme aux engagements du Grenelle Environnement.


Le premier objectif est d’augmenter les capacités de production. Des turbines de nouvelle génération permettront d’accroître de 30 % la puissance des usines. Le deuxième objectif est de renforcer la sécurité de l’alimentation électrique en s’appuyant sur le fait que l’électricité hydraulique est la seule forme de stockage d’électricité à grande échelle. Le but est de développer les stations de pompage (STEP) pour assurer une alimentation stable en période de pointe sans recourir aux centrales à fioul. En Rhône-Alpes, les stations de pompage permettraient d’augmenter la puissance électrique de 10 %. L’Etat souhaite développer le petit et le micro hydraulique grâce à la standardisation des turbines.





Reconquête de la qualité des eaux





Le troisième volet est la reconquête de la qualité des eaux des fleuves et des rivières pour laquelle le ministre de l’Ecologie présentera un plan à la rentrée. L’Office national de l’eau et des milieux aquatiques ( ONEMA) réalise en ce moment un inventaire des 40 000 obstacles (piles de pont, anciens moulins désaffectés, retenues d’eau, seuils) à la libre circulation des espèces. Les Agences de l’eau participeront financièrement aux programmes de suppression des obstacles dangereux ou abandonnés. Les nouveaux équipements hydroélectriques devront respecter les milieux naturels


Jean-Louis BORLOO a annoncé souhaiter que ces engagements figurent dans une convention sur l’hydroélectricité durable discutée par l’ensemble des parties prenantes du Grenelle Environnement. Ces mesures seront financées par un relèvement du plafond des redevances des concessions hydroélectriques versées par les exploitants que le Gouvernement proposera au Parlement dans le cadre du débat sur le projet de loi Grenelle Environnement.


michel.deprost@enviscope.com


VOIR AUSSI