1. Accueil
  2. /
  3. Actualités
  4. /
  5. Énergie
  6. /
  7. Industries intensives en...

Industries intensives en énergie: un besoin urgent de tarifs compétitifs

Un groupe d’entreprises très consommatrices en énergie a rappelé l’urgence d’une solution pour éviter la disparition de milliers d’emplois notamment en Rhône-Alpes.

C’était un château dont ils ne restent que les dernières cartes en France, en Europe, en Rhône-Alpes.  MSSA est le seul producteur de sodium en Europe face aux Chinois. Ferropem est la seule à produire du silicium métal.  Emin Leydier est un des derniers gros producteurs de papier pour le carton ondulé.  Ces entreprises paient le mégawattheure 42 euros. Leurs concurrents allemands une trentaine d’euros. Comme les Canadiens, mais plus encore que les groupes chinois.

Dans une année, les tarifs réglementés de l’énergie les protègerons encore moins et celles qui possédaient des centrales hydro-électriques reprises par EDF en 1946, n’auront plus de tarifs avantageux.

Or, pour la métallurgie ou le papier, l’énergie représente souvent environ 30% des coûts. Une hausse des prix de l’électricité et du gaz portera un coup fatal aux usines et aux emplois. A des milliers d’emplois directs, mais à des dizaines de milliers d’emplois indirects. Plus de silicium, plus de sodium, plus de lithium, c’est autant de matières premières en moins pour des industries de pointe condamnées à s’approvisionner plus cher … par exemple en Chine.

Depuis un an, les patrons de ces entreprises ont cherché des solutions. Olivier Baud, dirigeant d’Energy Pool, société implantée à Savoie Technolac, a présenté la solution ce jeudi matin lors d’une audition devant le groupe Energie du Sénat, organisée par Jean-Pierre Vial, Sénateur de Savoie, président de Savoie Technolac.

La proposition des industriels est simple. ” La capacité de production de la France est de plus de 500 Térawatt heure par an. En hiver, notre pays consomme beaucoup d’électricité plus qu’il en produit, mais pendant sept mois de l’année, la production d’électricité dépasse les besoins. Cet excédent représente de 20 GW, et nous proposons que 6  GW de capacité disponibles puissent être vendus aux entreprises grosses consommatrices d’électricité, qui en échange s’engageront à réduire leur consommation pendant les mois froids” résume en substance Olivier Baud.

Les techniques existent la capacité de production aussi. Le système suppose quelques investissements de la part des entreprises et de la visibilité. Il faut en revanche un cadre juridique sûr au niveau européen.  Et un feu vert rapide des responsables français. Les Parlementaires bien sûr, mais aussi le Gouvernement. Pour persuader l’Europe de défendre les positions de industries électro-intensives.

michel.deprost@enviscope.com

 

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

CNR rassemble son offre

La Compagnie nationale du Rhône (CNR) lance sa plateforme CNR n’co qui rassemble l’ensemble de ses offres de collaboration dans les domaines de l’énergie verte, du portuaire et de l’ingénierie hydroélectrique. La nouvelle plateforme numérique CNR n'co entend s’adresser à...

Mag2lyon numéro 163

NEWSLETTER

Rececevez réguliérement par mail nos dernier articles publiés

Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.