Eau

Intempéries: le région stéphanoise teste son système d’alerte aux crues

La région stéphanoise , du fait de sa forte urbanisation, de son relief important et de la présence de plusieurs cours d’eau descendant du Massif du Pilat (Furan, Gier, Ondaine…) ou des Monts du Lyonnais (Onzon) est particulièrement exposée au risque de crues. Notamment par temps d’orage et lors des épisodes pluvieux dits “de type cévenol” qui se produisent généralement à l’automne lorsque de très fortes précipitations se déversent sur le Sud du Massif Central faisant brutalement monter les cours d’eau. Dans un passé récent (2003, 2008… ) l’agglomération stéphanoise a subi de très grosses crues ayant provoqué d’énormes dégâts, par exemple à Firminy, ou à Rive-de-Gier ou plusieurs centaines de véhicules avaient été emportés et des dizaines de boutiques du centre ville dévastées par les eaux en novembre 2008.

Et l’inquiétude est revenue ces derniers jours où Loire-Sud , classée en vigilance orange par Météo France, a battu un record de pluviosité vieux de 52 ans puisqu’il est tombé en ce début de semaine 90 mm d’eau en 24 heures à la station départementale de Météo-France d’Andrézieux-Bouthéon. Le précédent record (79 mm) remontait à 1958. A Saint-Etienne il est tombé entre mardi et mercredi 157 mm en 24 heures et 140 mm dans la vallée du Gier, soit plus du double de la moyenne mensuelle habituelle à cette époque de l’année!

Dans le cadre des contrats de rivières

Heureusement l’épisode a été de courte durée et il n’y a pas eu de dégâts importants. Mais il a au moins permis de tester en conditions réelles le système d’alerte aux crues en cours de mise en place suite a un appel d’offre lancé fin 2008 par la communauté d’agglomération de Saint-Etienne Métropole. Ce système fait partie intégrante de la politique des contrats de rivières mise en place depuis quelques années par la communauté d’agglomération, et intègre aussi des communes situées dans les bassins versants du Furan , du Gier et de l’Ondaine hors territoire de Saint-Etienne-Métropole.

Il est développé par un groupement constitué de EGIS Eau (1) , CS Systems et Météo France. Il consiste en un système informatique, baptisé “Saphiras”, faisant la synthèse entre d’une part les images pluviométriques produites par le radar météorologique situé à Sembadel, en Haute-Loire, et d’autre part les données de pluviométrie et de variations de niveaux recueillies directement en une vingtaine de points situés sur les cours d’eau de l’agglomération en amont des zones urbanisées .

Alerter les maires 3 ou 4 heures avant la crue

La combinaison de toutes ces données, couplée à un astreinte humaine 24h sur 24, doit permettre, quand le système sera totalement opérationnel, de prédire avec une grande fiabilité l’arrivée d’une crue 3 ou 4 heures à l’avance et d’alerter les communes concernées pour qu’elle puisse déclencher les mesures de protection des personnes et des biens sur leur territoire. L’évolution des cours d’eau à risque est suivis avec une grande précision tronçon par tronçon et des cartes d’évolution peuvent être produites toutes les dix minutes.

Selon Saint-Etienne Métropole, ce dispositif, bien qu’encore en test, a permis cette semaine de cibler les zones de risques de débordement sur les bassins versants du Furan, du Gier et de l’Ondaine, avec une analyse plus fine de la situation et un avertissement personnalisé des maires des communes concernées. Ce système d’alerte aux crues va être encore testé et fiabilité pendant plusieurs mois avant une présentation complète qui en sera faite en principe en fin d’année 2010.

H.C. / henricolomb@yahoo.fr

(1) Egis Eau, est une filiale de la Caisse des dépôts. Son siège social est à Montpellier et cette entreprise a déjà développé des systèmes d’alerte de crue pour des villes comme Nimes, Méribel, pour la Martinique ou encore Sophia (Bulgarie) ou Tunis…

VOIR AUSSI