Actualités

ITER: l’assemblage de la chambre à vide a commencé

En positionnant dans le puits d’assemblage du tokamak le premier « module » de la chambre à vide, le programme ITER a franchi en mai une étape majeure dans la séquence d’assemblage de la machine.

        Les équipes d’ITER Organization et de ses soustraitants ont mis en place avec une précision submillimétrique une pièce aussi haute qu’un immeuble de six étages et aussi lourde que quatre Boeing 747. Le poids (1 380 tonnes) de la pièce et de son système de levage; la précision extrême de ses mouvements et de son positionnement ainsi que l’étroitesse de certains points de passage ont fait de cette opération sans précédent un événement particulièrement spectaculaire.

1200 tonnes de plus que la Tour Eiffel

        Le module mis en place le 11 mai, est un des 9 modules qui constitueront la chambre à vide se produiront les réactions de fusion. La chambre à vide du tokamak ITER, d’un volume total de 1 400 m³, peut contenir 840 m³ de plasma soit dix fois plus que le plus grand des tokamaks en activité, le JET européen. Le diamètre extérieur de la chambre est de 19,4 m et son poids est de l’ordre de 5 200 tonnes. En ajoutant les composants internes tels que les modules de couverture et le divertor, le poids total atteint 8 500 tonnessoit 1 200 tonnes de plus que la Tour Eiffel. Plus d’information sur l’assemblage de la machine : https://www.iter.org/fr/construction/tokamakassembly

         Chaque module qui couvre un neuvième de la chambre associe un secteur de chambre à vide de 40 degrés ( 40 degrés x 9= 360 degrés)  équipé de son écran thermique et deux aimants verticaux appelés « bobines de champ toroïdal ». Les 9 modules installés seront soudés entre eux, de manière à refermer totalement  l’espace toroïdal de la chambre à vide.

 

         L’opération de mise en place du premier module a nécessité près d’un an de préparation. A partir d’éléments fabriqués principalement en Corée et au Japon, l’assemblage du module a été réalisé sur le site d’ITER entre avril et décembre 2021. Le test de levage réalisé une semaine avant l’opération a permis de répéter et de valider les procédures, et de tester la coordination entre les équipes chargées du levage et de l’installation.

Une coordination internationale


          Coordonnée par ITER Organization et par MOMENTUM, consortium chargé de la gestion et du suivi de l’assemblage), l’opération a été réalisée par DYNAMIC SNC (qui associe Ansaldo Nucleare; Endel Engie; Orys Groupe ORTEC; SIMIC; Ansaldo Energia et Leading Metal Mechanic Solutions SL), le spécialiste du levage Foselev et l’expert en métrologie GEATOP. La sécurité des intervenants était assurée par APAVE.

           L’assemblage du tokamak ITER commencé  en mai 2020 se poursuit depuis à un rythme soutenu, avec l’installation successive de deux des quatre sections du cryostat, de deux des six aimants annulaires, de bobines de correction et de nombreuses autres pièces, telles que les écrans thermiques, les piédestaux des bobines verticales ou les lignes d’alimentation électriques et cryogéniques.
Le module repose  sur ses ancrages à la base et au sommet du puits d’assemblage du Tokamak. Des systèmes hydrauliques d’une extrême précision permettront d’ajuster sa position définitive.

Reproduire le fonctionnement du Soleil

            Conçu pour démontrer la faisabilité scientifique et technologique de l’énergie de fusion, ITER sera la plus
grande installation expérimentale de fusion jamais construite. La fusion est à l’origine de l’énergie du
Soleil et des étoiles qui sont aussi des soleils. Lorsque des noyaux d’atomes légers fusionnent pour former des noyaux plus lourds, une colossale quantité d’énergie est libérée. La recherche sur la fusion vise à maîtriser cette source d’énergie
à la fois sûre, fiable et respectueuse de l’environnement.

           ITER est également une entreprise de coopération scientifique mondiale sans équivalent. La contribution de l’Europe représente à peu près la moitié du coût de construction. Les six autres Etats engagés (la Chine, l’Inde, le Japon, la République de Corée, la Fédération de Russie et les ÉtatsUnis) contribuent à part égale à l’autre moitié.

           ITER est en cours de construction à SaintPaullezDurance/Cadarache,  dans le département des BouchesduRhône.
Pour de plus amples informations sur le programme ITER :
https://www.iter.org/fr/accueil

VOIR AUSSI