Construction et aménagement

Jean-François Carenco : le dossier du CFAL SUD sera transmis au ministre en avril

Jean François Carenco, Préfet de Région Rhône-Alpes, fait le point sur les projets d’infrastructures ferroviaires dans l’agglomération lyonnaise. Les décisions actuelles visent à réserver des espaces pour les futures voies ferrées, pour sécuriser le développement des collectivités.

Quelle suite à la concertation sur le tronçon Sud du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération de Lyon?

Nous avons tenu une concertation sur ce fuseau sud du CFAL qui n’était pas obligatoire. Ce fuseau a été retenu en 2009 par le ministre Dominique Bussereau. Nous avons recueilli des avis différents, Il y a des personnes qui pensent que ce projet n’est pas n’est pas utile, d’autres qui pensent que c’est utile mais qui n’en veulent pas chez elles . Le rapport de synthèse n’est pas terminé, mais il sera possible d’envoyer au ministre des observations à la fin du mois d’avril.

Il faut bien comprendre que le fait de déterminer un tracé ne signifie pas engagement des travaux. Le fait d’obtenir une Déclaration d’Utilité Publique, fige la situation sur la carte et dans les documents d’urbanisme. On sort du flou, de l’incertitude et chacun sait à quoi il peut s’en tenir. Les personnes qui veulent vendre elles peuvent demander à vendre, les collectivités peuvent poursuivre le développement de leur urbanisme dès maintenant sur des bases claires en sachant les secteurs qui seront touchés et ceux qui ne le seront pas, même si le chantier commence dans plusieurs années.

Ce qui est bien avec ce tracé c’est qu’il rejoint la plate forme de SIBELIN et les plates formes industrielles et chimiques, puis la rive droite.

 Pour la rive droite  dont les habitants étaient habitués au déclin du tarif ferroviaire et qui avaient en quelque sorte pris leurs habitudes ?

Il y a dans la vallée du Rhône, huit infrastructure de transports (1) , dont deux seulement ne sont pas saturées, le fleuve et la voie ferré de la rive droite. Je me demande ce qu’on peut faire circuler sur la voie ferrée, si ce ne ne sont pas des trains!

Nous avons déjà engagé des actions importantes pour réduire les nuisances pour les riverains, en permettant le changement des vitrages et l’isolation phonique des façades, en réalisant des merlons ou des murs anti bruit. La circulation ferroviaire devrait être aussi moins bruyante et ce programme sera poursuivi au rythme où les fonds pourront être dégagés.

 Le contournement ferroviaire de l’Agglomération de Lyon suppose la création d’une plate forme à Grenay pour permettre le transfert du fret ferroviaire ?

Cette plate forme aurait du être réalisée depuis plusieurs années pour permette de charger des remorque sur les trains de l’Autoroute Ferroviaire Alpine, dès l’agglomération lyonnaise plutôt qu’à AITON en Savoie. Cette réalisation n’a pas été faite car on n’a pas réglé la question de l’opérateur qui doit prendre en charge cette extension de l’autoroute ferroviaire.

Le foncier de la plate forme est inscrit dans la Directive Territoriale d’Aménagement ( DTA) modifiée, qui sera signée prochainement. Pour cette DTA, il a été nécessaire d’adapter la gouvernance, en associant davantage les élus . C’est fait avec l’accord du pôle Métropolitain qui se saisit du dossier. La plate forme de Grenay, comme le terminal de la future ligne Lyon Turin se trouvant dans le territoire de la CAPI, qui  fait partie du pôle métropolitain. Pour la plate forme de Grenay, je pense qu’il faut maitriser les terrains par le biais de baux amphithéotiques, pour rendre les terrains à d’autres usages après la mise en place du terminal du Lyon-Turin.

 Que deviennent dès lors les échéances ?

L’important c’est que tout cela soit inscrit dans les documents. Pour le Lyon Turin qui est un long dossier, des parlementaires (2) ont été chargés d’une mission sur le financement. Je les rencontre prochainement pour échanger, nous avons quelques idées, et cela permettra d’assurer le financement de ce projet.

Dans quelle mesure ces projets auront-ils un impact sur le Nœud Ferroviaire Lyonnais

Pour le Neuf Ferroviaire Lyonnais, il faut bien créer un jour une gare souterraine si on veut accroitre l’offre de la gare de la Part Dieu. Le problème de la Part Dieu , c’est à la fois l‘accès des trains, au nord et au sud, et la capacité d’accueil,  le nombre de voies.

Nous allons inscrire dans le cadre du Contrat de Projet Etat Région des projets visant à améliorer la circulation des trains, à assurer la régulation sur les voies actuelles mais nous allons aussi financer une nouvelles voie la voie L. Cela va donner un ballon d’oxygène pour une dizaine d’années.

Nous allons aussi traiter les accès à la gare depuis le quartier, notamment depuis l’avenue Pompidou. Permettre un meilleur accès et une meilleure sortie des voyageurs, c’est faciliter la circulation depuis les trains et dans les trains.

recueilli par michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI