Énergie

Jean-Pierre VIAL: la filière photovoltaïque française est en cours de construction

Quand la mission Charpin a été lancée, j’ai demandé au Sénat de réfléchir sur le photovoltaïque : un rapport ne nous permettrait-il pas de disposer d’éléments de réflexion pour définir une véritable politique dans ce domaine ? Ce n’est pas une question politicienne : étant membre d’un pôle de compétitivité, j’ai pendant tout le travail de la mission Charpin signé des notes avec ma collègue députée de l’Isère, Geneviève Fioraso ; à l’époque, nous avions fait une conférence de presse. Sans aucun cynisme, je me félicitais de ce qui se passait car nous allions enfin sortir d’une année 2010 qui avait vu quatre modifications législatives. Je me suis associé aux inquiétudes des industriels : dès l’origine, nous avons été choqués quand M. Charpin a affirmé qu’il n’y avait pas de filière photovoltaïque en France. Le tour de table de cette après-midi démontre le contraire : la filière française existe et elle est en cours de constitution.

Il y a quelques semaines, nous avons reçu Mme Kosciusko-Morizet qui a insisté sur la qualité des équipements. Quand M. Besson est venu devant notre commission, je l’ai interrogé sur la notion de filière industrielle. En 2012, la clause de revoyure prévoit 800 MW pour la filière. Or, j’avais dit que le plancher pour constituer une filière industrielle se situait entre 700 et 900 MW. Dans les orientations, on invoque 1 milliard du grand emprunt pour les énergies renouvelables. Dans le cadre des appels à projets, il y aura donc un accompagnement du gouvernement.
Les parlementaires sont convaincus que la France a un rôle à jouer dans le domaine des énergies renouvelables : de quels indicateurs disposerons-nous pour que, mi-2012, on puisse étudier la situation pour tracer les objectifs à court, moyen et long terme et donner une réelle lisibilité à la filière solaire ? Enfin, les mégawatts attendus ne seront pas au rendez-vous à cause de la file d’attente.

VOIR AUSSI