Science

Le réseau régional RéCaMiA fête ses dix ans à l’Ecole des Mines de Saint-Étienne

Près d’une centaine de chercheurs, ingénieurs, techniciens, doctorants, industriels et personnes intéressées par la microscopie électronique se réuniront les 26 et 27 novembre 2009 à l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne (ENSMSE), dans le cadre des dix ans du réseau RéCaMiA. Placé sous la tutelle du CNRS et notamment de la MRCT (Mission Ressources et Compétence Technologique), ce « Réseau des moyens de Caractérisation par Microscopies et Analyses Couplées » est une structure de réflexion et de proposition créée il y a dix ans par quelques laboratoires publics de la Région Rhône Alpes (Lyon, Grenoble et Saint-Étienne) disposant de moyens dans les domaines de la microscopie électronique. Ces laboratoires sont généralement spécialisés dans le secteur des matériaux ou dans la biologie.

A sa création, RéCaMiA couvrait la microscopie à balayage (1) et la microscopie en transmission (2). RéCaMiA s’est ensuite ouvert à la famille des microscopes en champ proche (3). Il regroupe aujourd’hui une trentaine de laboratoires de la région. Une de ses missions est de recenser les moyens humains et matériels de ces laboratoires. Une base de données est ainsi continuellement mise à jour. Elle permet d’optimiser l’utilisation de ces matériels, d’harmoniser les équipements en essayant d’éviter les doublons, et de répondre plus efficacement aux demandes des chercheurs ou des industriels Rhône-alpins.

Paul Jouffrey est ingénieur de recherche et responsable de la microscopie électronique à balayage au centre « Sciences des Matériaux et des Structures » (SMS) de l’ENSMSE. Il fait partie du comité de pilotage de RéCaMiA, constitué d’une quinzaine de chercheurs qui se réunissent tous les deux mois et constituent la « cheville ouvrière » du réseau. Il explique : « RéCaMiA est présent à des événements tels que les congrès de la Société Française des Microscopies, réalise des achats qui peuvent profiter à tous les laboratoires – comme des étalons – et contribue à la vulgarisation de ces techniques en participant par exemple au Mondial des Métiers, où cette année le réseau à présenté un des métiers du CNRS : l’ingénieur en microscopie. Mais la grande réussite de RéCaMiA est surtout d’avoir fait tomber des frontières entre les différents sites. Leurs équipes se parlent, c’est notre plus grande fierté… »
Les adhérents au réseau se réunissent une fois par an lors d’une Journée Scientifique sur un thème particulier. La journée 2009, qui coïncide avec le dixième anniversaire de RéCaMiA, se déroulera en fait sur un jour et demi, les 26 et 27 novembre 2009. Elle permettra aux participants de s’informer sur les dernières innovations liées à la microscopie et d’échanger sur le savoir-faire et les moyens des laboratoires du réseau. Autre nouveauté de cette session anniversaire : des interventions sur la « microscopie confocale » (4 ) dont la technique sera dorénavant aussi intégrée au réseau RéCaMiA.

(1) microscopie à balayage : l’échantillon est bombardé par un faisceau d’électrons permettant l’examen de ses surfaces

(2) microscopie à transmission : un faisceau d’électrons est « transmis » à travers un échantillon très mince et permet de caractériser sa structure interne.

(3) microscopie en champ proche : les microscopes à force atomique ou à effet tunnel sont des appareils à sonde locale servant à visualiser la topographie de la surface d’un échantillon. Ils permettent d’atteindre une résolution de l’ordre de grandeur de l’atome.

(4) microscopie confocale : c’est une microscopie optique qui a la propriété de réaliser des images de très faible profondeur de champ (environ 400 nm) appelées « sections optiques ». Cette technique permet, outre des études sur du matériel fixé, la caractérisation de cellules ou de tissus vivants.

VOIR AUSSI