La chimie veut développer le transport sur l’Axe Saône Méditerranée

L’Union des Industries Chimiques (UIC) et les UIC régionales de PACAn Auvergne Rhône-Alpes et Bourgogne Franche Comté, en partenariat avec Voies Navigables de France (VNF), CNR) et le Grand Port Maritime de Marseille (GPMM), ont annoncé le 11 avril à Lyon le lancement d’une étude pour évaluer la faisabilité du transport de produits chimiques par la voie d’eau sur les bassins Rhône-Saône-Méditerranée.

La voie d’eau est encore largement sous utilisée sur l’axe Saône-Rhône Méditerranée. Alors que les axes routiers sont saturés, le trafic sur la voie d’eau peine à décoller. Or, transport fluvial est un levier de compétitivité et de sécurité de l’industrie. Son impact énergétique et environnemental est moindre que celui du transport terrestre. Le transport fluvial peut contribuer à faire de l’industrie une industrie durable.

L’étude entend sensibiliser les entreprises à un transport qu’elles utilisent peu et qui pourrait améliorer les performances économiques et environnementales du transport de produits chimiques. L’étude mettra l’accent sur les enjeux de sécurité, d’environnement, d’infrastructure, de flotte et d’innovation. Elle devra identifier les freins et définir les leviers d’une offre répondant aux besoins du secteur.

Cette étude est cofinancée par l’Union européenne, à travers le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) administré par la région Auvergne-Rhône Alpes pour les bassins Rhône-Saône-Méditerranée. Elle est une nouvelle preuve de l’engagement des entreprises de la chimie en faveur de l’utilisation et du développement de modes de transport donnant des garanties de sécurité, de gains économiques et de respect de l’environnement.

Contact UIC : Guillaume Croullebois – 01 46 53 11 65 / gcroullebois@uic.fr

VOIR AUSSI