Économie durable

Sraddet d’Auvergne-Rhône-Alpes : les entreprises doivent avoir leur place

Lors du débat sur le projet de Sraddet (Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Equilibre des Territoires), le collège des employeurs a insisté sur les priorités à respecter pour développer partout des activités et des emplois.

Eric Le Jaouen a mis en avant les trois conditions que doit remplir le développement de la région pour que les entreprises créent des richesses et des emplois. Le conseiller a exprimé la position des groupes du collège 1, exceptée la Confédération paysanne, qui représente pour le secteur agricole une position plus en rupture avec les fonctionnements dominants.

Selon lui, le premier objectif pour que la Région reste insérée dans les échanges européens et mondiaux, est d’améliorer la mobilité, celle des personnes et celle des marchandises. Des drones aux transports urbains imaginés grâce à la plateforme Transpolis (véhicules autonomes, électriques, à hydrogène, ville intelligente, etc.), Eric Le Jaouen rappelle l’importance de la demande de rapidité.

Le représentant des employeurs a aussi insisté sur l’importance d’une bonne utilisation du foncier. Pour créer activités et emplois, il ne faut pas sacrifier les zones industrielles, les zones d’activités, ni des territoires entiers. Pour importer moins et produire plus, il est nécessaire de disposer de terres agricoles et de territoires où l’industrie du futur peut se déployer. Cette industrie du futur a besoin de solutions durables, de bâtiments répondant aux normes environnementales. Les activités doivent déployer des démarches d’écologie industrielle, qui permettent à des entreprises voisines d’être complémentaires, en termes d’énergie, de gestion des déchets etc. « Ne plus conserver de foncier pour l’activité, c’est accepter les délocalisations alors qu’il faudrait relocaliser des industries. »

Enfin, Eric Le Jaouen insiste sur le rôle du numérique, qui doit permettre aux activités, aux entreprises, aux personnes de se développer en imaginant de nouvelles formes de travail, le co-travail, le télétravail, le choix du lieu de travail en lien avec le choix d’un cadre de vie.

VOIR AUSSI