Science

La Cité de l’Environnement (Saint-Priest ) innove avec une gestion commune de l’informatique

Thierry Roche, architecte, est l’un des artisans de la Cité de l’Environnement, à Saint-Priest. Il a expliqué lors de la conférence Green IT organisée le 23 septembre par IT ADVICE et ENVISCOPE.COM, la démarche engagée dans le cadre de la Cité de l’Environnement, où le projet architectural s’accompagne d’une gestion collective du parc informatique.

La Cité de l’Environnement, à Saint Priest, est un bâtiment financé et construit par une vingtaine d’entreprises de services de la région lyonnaise, très engagées depuis longtemps dans le secteur de l’environnement, au sens large : architecture, bureau d’études thermiques, énergétique, santé, etc. Le bâtiment de la Cité de l’Environnement, sur le parc technologie de la Porte des Alpes à Saint Priest, est le premier bâtiment tertiaire à énergie positive en France. Il fonctionne depuis une année et a déjà quelque 6000 visiteurs. Le bâtiment présente en effet des performances énergétique, et de confort, en hiver comme en été, intéressante. Il produit, grâce notamment à ses panneaux photovoltaïques, davantage d’énergie qu’il en consomme.

Informatique
Les besoins énergétiques de base, chauffage et climatisation en particulier ont été tellement réduits que les besoins résiduels sont liés au fonctionnement du bâtiment. Ils dépendent du comportement des occupants pour la lumière, la bureautique, l’informatique.
L’informatique est apparue comme un des postes principaux du fonctionnement. Les entreprises, rappelle Thierry Roche, ont fait le choix d’un système informatisé mutualisé, géré par une personne unique. Les investissements et les consommations sont strictement gérés, en particulier car il a fallu relier la Cité au réseau par la fibre optique.
Pour éviter l’utilisation de capacités quand même limitées à des fins non justifiées, un engagement est pris par les utilisateurs de ne pas aller sur certains sites consommateurs de bande passante. L’utilisation des « tours » informatiques a été proscrite alors qu’a été systématisée l’utilisation d’ordinateurs portables, qui conviennent aussi aux activités nomades d’une partie des personnes qui travaillent sur le site. Certaines entreprises sont en effet aussi implantées sur plusieurs lieux.
Le partage d’un outil commun a imposé la prise en charge de la sécurité, de la confidentialité. Et surtout, d’essuyer pas mal de plâtres, avec une mise au point et une maintenance lourde, mais aussi onéreuse. La Cité de l’Entreprise constitue une démarche, audacieuse, exemplaire et pilote, qui intéresse d’autres porteurs de projets.

http://www.citedelenvironnement.com/

VOIR AUSSI