Actualités

La conjoncture économique toujours plate en Rhône-Alpes

L’activité économique est resté très faible au deuxième trimestre de 2013, selon les données de conjoncture publiées par le MEDEF Rhône-Alpes.

Une légère amélioration est constatée dans l’industrie, avec une stabilisation de la production en léger recul  (1%) sur le premier semestre, alors que la production nationale recule plus fortement (- 1,2%). L’activité est un peu plus ferme dans la métallurgie. Elle a moins ralenti au deuxième trimestre dans le secteur de la mécanique, et elle reste étale dans le secteur de la plasturgie.

Les entreprises du commerce ont connu un tassement ( moins 0,5% ) au deuxième trimestre, avec un recul des ventes de textiles,  en raison notamment des conditions météorologiques.

L’activité s’améliore dans le secteur des services, à l’exception du secteur des transports, bon baromètre de l’activité dans le secteur des biens matériels.

Le secteur de la construction continue à connaitre une situation difficile avec un recul des mises en chantiers et des permis de construire.

Les statistiques du commerce extérieur, sont elles alarmantes, car elles laissent apparaitre pour le deuxième trimestre consécutif, un recul des chiffres qui peut indiquer une tendance nouvelle, après une quasi tradition de commerce extérieur régional positif. Avec 11,753 milliards d’importations, contre 11, 694 milliards d’exportations, le déficit du commerce extérieur régional s’élève à 59 millions d’euros. C’est une preuve de la perte de compétitivité de l’économie régionale, qui peine à bien se placer sur les marchés mondiaux et européens.

Ces résultats expliquent que la situation de l’emploi ne s’améliore pas en profondeur. Certes le nombre de demandeurs d’emplois recule de 1,9% en Rhône-Alpes à fin août par rapport à fin juillet, mais il progresse de 7,1% sur un an. Ce qui inquiète le plus les chefs d’entreprises, c’est le fait que l’amélioration constatée soit due à des emplois aidés et non à d’emplois solidement ancrés dans l’activité des entreprises. Dans le même temps, 400 000 postes ne sont pas pourvus au niveau national, ce qui pourrait représenter ( en très gros) 40 000 offres d’emplois en Rhône-Alpes.

VOIR AUSSI