Mobilité

La FNAUT dénonce l’abandon des accès au Lyon-Turin et du Contournement de Lyon

La FNAUT dénonce l’abandon des accès au Lyon-Turin et du Contournement de Lyon

Le gouvernement a publié ses choix en matière d’infrastructures de transports.  La FNAUT dénonce une absence de vision prospective et de préoccupation environnementale,  le report des accès français au tunnel Lyon Turin et celui du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération de Lyon.

Pour la Fédération nationale des associations d’usagers des transports ( FNAUT) , est sévère sur les objectifs du gouvernement en matière de transports, présentés ce mercredi. “ Le ruineux et inutile projet de canal Seine-Nord et les nombreux projets autoroutiers urbains (Strasbourg, Rouen, Grenoble, Arles…) sont maintenus. Le contournement ferroviaire Est de Lyon (CFAL), les accès au tunnel de base du Lyon-Turin, la jonction Montpellier-Perpignan et le GPSO, essentiels pour le développement des trafics ferroviaires voyageurs et fret, sont ignorés : dans ces conditions, un rééquilibrage rail/route est illusoire. ” Pour la Fédération, ” seuls les grands projets ferroviaires (urbains et interurbains) peuvent provoquer des transferts massifs de trafics. ”

La FNAUT attend du gouvernement ” qu’il reconnaisse mieux l’importance du transport collectif urbain et interurbain, qu’il écarte le saupoudrage et les dépenses inutiles, et qu’il privilégie les investissements les plus efficaces en matière d’aménagement du territoire et de lutte contre le dérèglement climatique. La FNAUT demande cependant que les usagers des transports, qui sont les premiers concernés par cette programmation et son suivi, soient représentés au sein du Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI). L’association constate  “ qu’aucune analyse prospective des besoins futurs de mobilité et des contraintes (urbanisation littorale, dépendance pétrolière et prix du baril, réchauffement climatique) n’est présentée pour justifier les orientations du gouvernement, aucune hiérarchie nouvelle entre les différents modes de transport n’est définie.”  La route reste prioritaire : c’est « le désenclavement routier des villes moyennes et des territoires ruraux » que le gouvernement veut « accélérer ». Or, selon  la FNAUT, pour les habitants des villes moyennes et des territoires ruraux, l’urgence n’est pas le désenclavement routier mais la sauvegarde du maillage du réseau ferré : des lignes sont fermées, en particulier dans les zones montagneuses (Massif central, Vosges…) . Les trains sont déjà ralentis sur plus de 5 000 km de lignes. L’effort actuel de rénovation ne porte que sur le réseau structurant : les lignes « petites » lignes transversales et régionales voyageurs ne sont plus entretenues, de même que les lignes capillaires fret dont 2 000 km sont menacés à court terme. Leur financement n’est pas garanti  et il est laissé à la charge des Régions.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !