Sources alternatives

La géo-énergie pourrait couvrir 70% des besoins de la France en chaleur

La  géo-énergie est la filière géothermique dédiée à l’énergie tirée du sous sol terrestre à moins de 200 mètres de profondeur. L’Association française des professionnels de la géothermie (AFPG) et l’Université de la Ville de Demain ont créé FRANCE GÉOÉNERGIE. Initié par Celsius Energy, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), Equans et Engie Solutions, le collectif  rendre plus visible le potentiel, la pertinence économique et écologique de la géothermie de surface.

Le chauffage, l’eau chaude sanitaire et la climatisation représentent en France 30% de la consommation finale d’énergie et 20% des émissions de CO2. Le secteur du bâtiment doit faire des efforts considérables pour limiter les impacts sur l’environnement et la santé publique. La géo-énergie, ou géothermie de surface qui repose sur la valorisation de l’énergie tirée dans les 200 premiers mètres du sous-sol, représente un véritable potentiel. La géo-énergie permet d’assurer le chauffage, le refroidissement des bâtiments en réduisant jusqu’à 90% leurs émissions de C02 et de 75% leur consommation d’énergie par rapport au gaz.

La géo-énergie peut être mise en oeuvre sur 90% du territoire et  elle pourrait couvrir 70 % des besoins thermiques. Or,  la géo-énergie ne représente à ce jour que 1% de la chaleur produite en France. La déployer à grande échelle, dans toutes les régions, permettrait d’accélérer la décarbonation et l’autonomie énergétique des bâtiments.

Selon le BRGM ( Bureau de recherches géologiques et minières) , « la géoénergie pourrait d’ici 15 à 20 ans apporter 100 TWh d’énergie souveraine indépendante des fluctuations des prix des énergies fossiles, non polluante et non émettrice de gaz à effet de serre, soit l’équivalent, en matière de production électrique, d’environ 5 tranches nucléaires ». La consommation totale d’énergie de la France s’élève à

Initié lors de l’Université de la Ville de Demain (Fondation Palladio) en juillet 2022, le collectif a été lancé lors du dernier Salon des Maires et des Collectivités Locales (SMCL), en présence de la Ministre de la transition énergétique Agnès Pannier-Runacher. Deux tables rondes ont réuni des institutions de premier plan (Actions Cœur de Ville Ademe, CEREMA, DGEC, BRGM) des décideurs de l’immobilier (Vinci Construction, Nexity, Altaréa, Bouygues Immobilier, Equans, Icade), des industriels de la géo-thermie  (Accenta, Geosophy, Celsius Energy, Engie Solutions, Drill’Heat) et des représentants des territoires (Députée de l’Isère, Maire de Versailles – Président de Versailles Grand Parc). D’autres parties prenantes ont intégré le mouvement, c’est le cas de : BNP Paris Bas Real Estate, Construction 21, Solar Impulse, l’Observatoire de l’Immobilier Durable (OID), le mouvement architectural Unisson(s) et prochainement bien d’autres.

France Géoénergie, cluster de l’AFPG ambitionne de faire converger les enjeux des territoires avec ceux de la géo-énergie, ou géothermie de surface, en lien étroit avec les usagers publics et privés. Le collectif agira dans deux directions :

• travaux sur le potentiel, la pertinence écologique et financière de la géo-énergie auprès des maîtrises d’ouvrages publiques et privées, du grand public, des médias et des institutions

• accompagnement des maîtrises d’ouvrages vers la systématisation du recours à la géo-énergie avec une volonté de démonstration de son efficacité sur des territoires modèles et avec des modules de formation.

VOIR AUSSI