Environnement

Cinquante cinq espèces d’oiseaux dans la carrière de la cimenterie Lafarge du Val d’Azergue

Le groupe Lafarge exploite depuis 1962 dans la vallée d’Azergue ( affluent du Rhône, dans le département du Rhône), sur les communes de Belmont, Charnay et Saint-Jean des Vignes, une carrière d’une superficie de 90 hectares. L’exploitation est menée en suivant un arrêté préfectoral renouvelé en 2003, qui prescrit des mesures de remise en état et de suivi de la faune. Ces prescriptions rejoignent les orientations du groupe Lafarge ( numéro un mondial des matériaux de construction) dans le cadre de ses « Ambitions Développement Durable 2012 » .


Pour intégrer plus fortement la biodiversité dans le pilotage de l’exploitation, explique la documentation de l’établissement, un indicateur a été élaboré en 2006 à partir de plusieurs paramètres qui permettront de mettre en oeuvre, le cas échéant, des actions correctives en modifiant le plan initial de réaménagement.


Les points suivis portent d’abord sur les moyens mis en œuvre au cours du réaménagement (nombre de fronts de taille sécurisés, nombre de mètres-carré débroussaillés, nombre de mètres-carré reboisés). Hervé Carretier, Responsable Développement de l’usine explique que la réhabilitation consiste à réaliser des milieux variés. Ici des arbres sont plantés, ailleurs,des fronts de taille sont conservés pour créer de petites falaises. Des débroussaillages régulierssont réalisés pour éviter la fermeture des milieux, ou encore un réservoir est élargi pour contrôler les écoulements d’eau en provenance du site. Par ailleurs, un partie de la carrière est resté inexploitée.


Indicateurs biologiques


Le indicateurs comprennent aussi des indicateurs biologiques, pour suivre l’avifaune. Pour ce suivi, Lafarge a fait appel à l’association Naturama qui a réalisé une étude ornithologique en 2007. Parmi les oiseaux présents sur le site, on compte notamment deux espèces protégées, la pie-grièche écorcheur et le tarier pâtre. Leur protection était intégrée de longue date dans le réaménagement de la carrière.


Christophe Darpheuil, Directeur de Naturama, explique que les équipes de l’association ont utilisé une méthode de recensement relative, l’Indice Ponctuel d’Abondance. Cette méthode consiste à définir un certain nombre de points de comptage et à effectuer sur chacun d’entre eux un temps d’observation et d’écoute systématique de dix minutes. Durant ce laps de temps, tous les contacts visuels et auditifs avec les oiseaux sont enregistrés. La somme de ces contacts permet d’évaluer la densité relative de chaque espèce sur l’ensemble du site. Les objectifs sont de deux ordres : identifier les espèces présentes et quantifier leur abondance. Au delà des deux espèces emblématiques et protégées, Naturama a découvert plus de 55 espèces d’oiseaux sauvages dont certaines très rare comme le hibou grand duc ou l’oedicnème criard .


Le résultats de l’étude ont été récemment présentés aux employés de la carrière. Ces derniers ont pu enrichir par leurs témoignages d’observateurs privilégiés et particulièrement attentifs à la faune et à la flore du site.


Naturama, 8 rue de l’Egalité ,69230 Saint Genis Laval 04.78.56.27.11 www.naturama.fr ou info@naturama.fr


Lafarge: http://www.lafarge.fr/wps/portal/

VOIR AUSSI