Eau

Le Réseau des Rivières Sauvages est né

Plus 180 participants d’horizons divers (associations, fédérations de pêche, acteurs publics, chercheurs, entreprises, maîtres d’ouvrages de programmes de restauration des rivières, etc.), des représentants des pays frontaliers (Suisse, Allemagne, Italie) se sont réunis le 20 mai à Annecy pour le lancement du Réseau des Rivières Sauvages. L’initiative a pour but de rappeler les menaces qui pèsent sur les portions de cours d’eau encore libre avec les projets d’installation hydro-électriques. Comme l’a rappelé ces derniers moins la CIPRA, plus de 850 projets de nouvelles centrales hydroélectriques menacent actuellement les cours d’eau suisses.
Un Fonds pour la Conservation des rivières sauvages
Le colloque a été l’occasion d’affirmer l’importance de la création du « Fonds pour la conservation des rivières sauvages » en tant qu’outil de protection des dernières rivières patrimoniales, pouvant fédérer les acteurs publics et privés dans une structure ouverte à tous, mais aussi en tant que lieu d’échange pour réfléchir à l’évolution des financements publics. Il est urgent, estiment les porteurs du Fonds, de préserver les ultimes rivières intactes et de récompenser les « bons élèves » qui privilégient leur préservation. Les initiateurs du projet Rivières sauvages critique les “solutions dépassées” comme le grand barrage qu’est en train de construire EDF sur le Rizzanese en Corse.
Le colloque a permis de faire comprendre l’importance des « services écologiques » que rendent les cours d’eau en bon état de fonctionnement. Le label « Rivières Sauvages » pourrait être attribué dès 2012.

VOIR AUSSI