Environnement

Les vautours fauves de retour en Savoie

Les vautours ont repris leur habituelle dispersion estivale sur les Alpes, en particulier en Savoie. Des individus non nicheurs quittent les colonies de la Drôme, du Verdon ou des Causses ( où ils ont été réintroduits il  a un demi siècle)  pour chercher d’autres ressources à la belle saison. Les vautours suivent de près les troupeaux en transhumance: ils savent qu’ils pourront se nourrir d’animaux décédés de mort naturelle.

Après avoir passé l’hiver dans des massifs montagneux  du pourtour alpin et méditerranéen, il se dispersent depuis avril dans les Alpes du Sud,  puis en mai dans le Mercantour, les Ecrins, la Haute-Savoie , la Suisse. Ils remontent même jusqu’en Alsace, Allemagne et Pays-Bas !

Des équarisseurs naturels

Depuis quelques étés , explique la LPO de Savoie, les montagnes savoyardes sont régulièrement survolées par ces équarrisseurs naturels à la recherche de carcasses à éliminer. Certains randonneurs  les croiseront peut-être à l’œuvre en alpage débarrassant rapidement des bêtes mortes, animaux sauvages ou animaux d’élevage.

La vue de ces rassemblements de grands voiliers peut impressionner, surtout si la ressource alimentaire est abondante: dérochement de brebis, mort d’un bovin… Cet afflux soudain sur un secteur est tout à fait conforme au comportement de cette espèce coloniale( vivant en colonies) . L’acuité de leur vision associée  au nombre d’animaux, leur permet de prospecter d’un jour à l’autre de très vastes territoires.

Ne pas accuser les vautours

La Ligue de Protection des Oiseaux recommande de ne pas accuser prématurément les vautours de prédation. En Savoie, des agents de l’ONCFS et des vétérinaires ont été formés pour effectuer rapidement un constat dans les situations de crise ou en cas de doute, et qu’un dispositif d’alerte  et de suivi a été mis en place par la DDT ( répondeur DDT 04 79 71 72 22, mais également des fiches d’observation disponibles).

En alpage, en l’absence des vautours,  les renards, aigles et corvidés divers tiennent ce rôle de charognard, tant auprès de la faune sauvage que du bétail. Ces espèces sont moins efficaces et moins rapides que les vautours, laissant une porte ouverte à diverses épizooties et pollutions. Plus bas, dans les zones accessibles, ce n’est qu’au prix élevé de la consommation de carburant et production de CO2 (transport sur de longues distances, incinération) que les carcasses sont éliminées par l’équarrissage, à grand frais pour la santé, et financé par les taxes des éleveurs.

LPO Savoie Les Pervenches
Rue Curé Jacquier
73290 La Motte-Servolex
Tel : 0952523052 / 0469969585 – Fax : 0957523052
http://savoie.lpo.fr

VOIR AUSSI