Hydrogène

L’Europe veut relever le défi de l’hydrogène vert avec l’Eghac

Le production d’hydrogène vert est, comme la production de batteries, un défi pour une Europe bas carbone. EIT Inno Energy, basée à Grenoble, a annoncé le 4 novembre le lancement du Centre européen de l’accélération du développement de l’hydrogène vert (Eghac) une initiative pour développer l’économie de l’hydrogène issu d’énergie renouvelable.

Parmi ses nombreuses applications, l’hydrogène vert peut être utilisé pour stocker de l’énergie en particulier éolienne et solaire. ©EIT Inno Energy

EIT Inno Energy, moteur de l’innovation et de l’entrepreneuriat dans le domaine de l’énergie durable en Europe (qui a succédé à Kic Inno Energy), a lancé mardi le projet du Centre européen de l’accélération du développement de l’hydrogène vert (Eghac, European Green Hydrogen Acceleration Center). Elle annonce un effort sans précédent pour soutenir le développement de cette filière, dont le marché est estimé à 100 milliards d’euros par an d’ici 2025, mais qui pourrait progressivement atteindre 250 milliards d’euros au-delà. Le secteur pourrait permettre la création de 500 000 emplois directs et indirects. L’initiative est soutenue par Breakthrough Energy, réseau d’entités créé par Bill Gates et les plus grands leaders internationaux pour accélérer la transition énergétique.

L’hydrogène vert est un moteur essentiel de la transformation du secteur énergétique européen et un levier pour la décarbonation de l’industrie du continent. L’hydrogène vert produit localement doit permettre de réduire les importations de combustibles fossiles qui pèsent pour plus de 320 milliards d’euros annuels. Afin d’exploiter ce potentiel, l’Europe doit créer un environnement d’investissement. L’Eghac promet d’accélérer la production d’hydrogène vert en multipliant les projets industriels à grande échelle dans toute l’Europe, en se basant sur des échelles de l’ordre du gigawatt.

Combler l’écart de prix avec les énergies fossiles

À court terme il faut combler l’écart de prix entre les technologies émettant du carbone et l’hydrogène vert. Ce progrès réduira la part des hydrocarbures des industries à forte intensité énergétique (acier, ciment, chimie), pour transport et la logistique et les engrais. L’hydrogène vert peut aussi être utilisé pour stocker de l’énergie en particulier éolienne et solaire.

Pour Jacob Ruiter, membre du conseil d’administration d’EIT Inno Energy « La commercialisation de l’hydrogène vert est absolument vitale si l’Europe souhaite atteindre ses objectifs ambitieux de devenir le premier continent neutre en carbone d’ici 2050. Il s’agit tout t simplement du meilleur moyen de décarboner l’industrie lourde et le secteur du transport. L’hydrogène vert peut également jouer un rôle important pour soutenir la flexibilité du réseau par le stockage ».

Pour Ann Mettler, directrice de Breakthrough Energy: « le Pacte vert pour l’Europe est le meilleur tremplin pour le Centre européen de l’accélération du développement de l’hydrogène vert. L’Eghac utilisera l’hydrogène vert comme un moteur pour la grande décarbonation de l’industrie européenne. Dans ce contexte, cela permettra de créer une réserve de projets pionniers à grande échelle. »

VOIR AUSSI