Mobilité

LGV Rhin Rhône : pas prioritaire pour la commission Duron

La commission  Mobilité 21 qui a remis son rapport jeudi au Ministre des Transports, estime qu’aucun des projets de l’aménagement  TGV Rhin-Rhpone  ne peut être retenu dans les premières priorités.*

Pour la commission, les branches Ouest et Sud de la LGV Rhin-Rhône  “soulèvent de fortes interrogations quant à leur pertinence, notamment dans la perspective de la réalisation de POCL.” . La liaison Paris Orléans Clermont Lyon a pour objectif d’entrer en service pour offrir une alternative à la liaison actuelle Paris-Lyon.

Pour la commission, ces deux projets doivent faire l’objet d’une redéfinition complète.

La LGV Rhin-Rhône, est composée de trois branches distinctes:
• Une branche Est, dont 140 km ont été ouverts à la circulation le 11 décembre 2011, doit représenter à terme 190 km de ligne nouvelle entre Dijon et Mulhouse. Elle permet de desservir les villes de Besançon, Belfort et Montbéliard. Le projet consiste pour achever la branche Est, à réaliser 50 km de LGV aux deux extrémités de la 1ère phase en service : une section Ouest de 15 km en Côte-d’Or et une section Est de 35 km dans le Territoire-de-Belfort et dans le Haut-Rhin.
• Une branche Sud  consiste à créer une LGV d’environ 160 km entre Dijon et Besançon en jonction avec la LGV Rhin- Rhône branche est et l’agglomération lyonnaise au sud-ouest d’Ambérieu avec accès aux gares de La Part-Dieu et de Saint-Exupéry. Le projet dessert les territoires de l’ouest de la Franche-Comté et de la Bresse. Cette LGV est prévue pour
un trafic mixte voyageurs et fret soit dans sa totalité, soit au moins dans sa moitié sud, de façon à fonctionner en doublet avec la ligne de la Bresse Dijon – Ambérieu.
• Une branche Ouest consiste à créer une liaison rapide entre Dijon en jonction avec le LGV Rhin-Rhône branche est et la LGV Paris –Lyon au niveau d’Aisy. Cette ligne doit desservir Dijon (avec création d’une nouvelle gare à Porte neuve) et traverser le département de la Côte d’Or. Le projet est organisé en deux phases : une première appelée traversée de l’Agglomération Dijonnaise (46 km de linéaire) et desservant la nouvelle gare, une seconde se prolongeant au nord-ouest de Dijon jusqu’à la LGV Paris-Lyon vers Aisy (54 km de linéaire).

VOIR AUSSI