Transport Ferroviaire

Ligne ferroviaire Aurillac-Figeac : la Région investit dans la modernisation

Auvergne-Rhône-Alpes prendra en charge 95 % des travaux proposés par SNCF Réseau sur la ligne Aurillac-Figeac, seul axe ferroviaire entre la Région et le Sud-Ouest.

Le tronçon d’Aurillac à Viescamp fera l’objet d’interventions ponctuelles et de la mise en place d’un système de compteur d’essieux© Pad prob (CC BY-SA 4.0)

La ligne Aurillac-Figeac est la seule ouverture ferroviaire directe d’Auvergne-Rhône-Alpes vers Toulouse et le Sud-Ouest. SNCF Réseau, en charge des infrastructures ferroviaires, a identifié des besoins sur cette ligne à l’horizon 2021, notamment sur la partie nord, entre Aurillac et Viescamp, qui constitue un tronc commun avec la liaison vers Brive (Corrèze). Ce diagnostic a justifié une inscription au Plan de sauvetage des petites lignes lancé par la Région en 2016.

Pour maintenir les performances de la ligne en attendant des travaux plus importants nécessaires à l’horizon 2025, SNCF Réseau propose un programme d’études et travaux à mener de 2019 à 2021 qui porte sur plusieurs points : des interventions ponctuelles sur la voie entre Viescamp et Aurillac dans des zones boueuses conduisant à des défauts de nivellement ; des reprises d’ouvrages d’art et ouvrages en terre (talus, tranchées) sur l’ensemble de la ligne ; mise en œuvre d’un système de compteur d’essieux entre Aurillac et Viescamp, afin de supprimer le risque de deshuntage existant sur ce tronçon (1).

Travaux discontinus

Les travaux seront réalisés de manière discontinue en 2021, à l’occasion des plages de maintenance courante de l’infrastructure. Le besoin de financement est estimé à 4,8 millions d’euros. Bien qu’inscrite au Plan de Sauvetage, cette ligne n’est pas considérée comme prioritaire par l’Etat en termes de financement. C’est donc la Région qui financera à 95 % ces travaux, à hauteur de 4,56 millions d’euros. SNCF Réseau apportera 240 000 euros.

« La ligne Aurillac-Figeac est essentielle pour l’ouverture du Cantal vers le sud-ouest de la France. C’est pourquoi nous avons choisi de nous impliquer avec détermination dans les travaux de régénération de la voie. Notre rôle est essentiel pour maintenir des liaisons de ce type quand l’Etat, lui, se désengage de plus en plus. Nous en apportons encore une fois la preuve aujourd’hui.», déclare Martine Guibert, Vice-présidente de la Région Auvergne-Rhône-Alpes déléguée aux Transports.

 

  1. Le shuntage du circuit de voie est réalisé par la présence d’un essieu entre les deux rails. On peut ainsi détecter la présence d’un véhicule sur un canton à condition que l’essieu soit parfaitement conducteur électrique et que le contact entre la roue et le rail soit effectif. Le shuntage des files de rails permet de prendre l’information de présence d’un train sur une portion de voie. Cette information sert à espacer correctement les trains ou à les arrêter devant des points singuliers (aiguillage par exemple). Le déshuntage du circuit de voie est la rupture de la liaison électrique, qui peut être provoquée par un défaut de conception ou par un mauvais contact entre une roue et le rail, dû à un défaut d’entretien, ou à un défaut de maintenance de la voie ou des roues. SNCF Réseau prévoit des travaux divers sur la signalisation (remplacement de câbles) et sur les zones de filets détecteurs.

VOIR AUSSI