Construction et aménagement

L’urbanisme de la Part-Dieu est à contre-courant

Pour le Collectif Part Dieu, l’urbanisme déployé et renforcé dans le quartier, avec des immeubles en verre béton sur des sols minéralisés, renforce les îlots de chaleur. Enviscope reproduit l’analyse du Collectif sous forme de tribune libre. Le texte du collectif n’a pas été retouché. Le titre et les intertitres ont été rédigés par Enviscope.

Le nombre de places de parking dans le quartier augmente, ce qui constitue une véritable incitation à davantage utiliser la voiture, selon le Collectif Part-Dieu. 

La canicule qui sévit sur le pays et à Lyon notamment, devrait faire réfléchir les élus de la Métropole sur la pertinence du projet Part-Dieu. Cette première canicule de l’été, qui est la plus forte connue jusqu’à ce jour à Lyon, amène tous les spécialistes du climat à dire que la seule solution pour diminuer le réchauffement des villes, est de planter des arbres, de rompre avec la minéralisation avec des espaces verts de pleine terre, et de diminuer la circulation automobile.

Pourtant, le projet Part-Dieu est à l’inverse de ces préconisations, et les concepteurs du projet persistent dans une conception urbaine qui renforcera les effets de chaleur, notamment au moment des canicules.

Suppression d’espaces verts

La suppression de deux espaces verts au sol augmentera fortement les températures. Au lieu de maintenir des espaces verts en pleine terre, la SPL Part-Dieu :

  • supprime l’espace vert devant FR3 pour y percer la rue Bouchut
  • supprime l’espace vert des Cuirassiers où sont prévus des immeubles de 55 m de hauteur. (voir PLUH)
  • rabote le futur espace vert prévu de la Place des Martyrs de la Résistance pour y faire une cour de récréation, puisque la Métropole a choisi d‘agrandir l’Ecole Jouhaux déjà saturée à 23 classes au lieu de faire une nouvelle école au cœur de la Part-Dieu
  • Or, l’absence de pelouses et d’arbres diminue l’évapotranspiration, l’absorption du gaz carbonique et le dégagement d’humidité, ce qui va accentuer la chaleur. De plus, la densification des bureaux en béton et en verre, et les dalles granitiques entourées de goudron au sol, augmentent les îlots de chaleur. Et, en y ajoutant les effets de la climatisation qui rejette l’air chaud à l’extérieur, la chaleur sera insupportable en été et à la fin du printemps Les températures aux abords directs de la Part-Dieu pourront atteindre plus de 42 °C à l’ombre en cas de fortes chaleurs.

Croissance du trafic automobile

La croissance du trafic automobile augmentera la pollution atmosphérique. L’air sera irrespirable et fortement pollué par l’augmentation du trafic des automobiles et cette pollution sera amplifiée pendant les périodes de canicule.

Le percement de la rue Bouchut jusqu’à la gare qui serait, selon les concepteurs « une liaison fondamentale, très lisible et directe entre la gare de Lyon Part-Dieu et les berges du Rhône. » sera en réalité le seul axe est-ouest pour rejoindre la rue Servient. Cela entraînera une forte augmentation de la circulation sur les rues Bouchut, Mazenod, Philip (circulation multipliée par 6 selon les schémas de la SPL Part-Dieu en annexe), voire Créqui pour rejoindre la rue Servient, et davantage de pollution et d’émissions de gaz à effets de serre .

Surdimensionnement des parkings pour voitures

Si l’ancien l’ancien parking du Centre Commercial de 3000 places était sous utilisé, le nouveau sera de 2000 places. Le parking de la gare sous la place Béraudier sera de 1132 places. De plus, Effia va construire un parking de 721 places côté Villette pour des véhicules loués; ce qui est curieux pour une ville qui veut privilégier les transports en commun !!!

Il n’y a donc pas de réduction du nombre de voitures puisque le nombre de places de parking augmente ; c’est en fait une véritable incitation à davantage utiliser la voiture. Un tel surdimensionnement est en contradiction avec l’objectif affiché dans le Plan des Déplacements Urbains de modérer l’usage de la voiture.

Il est encore temps de réorienter le projet avant qu’il ne soit trop tard !

– On peut encore sauver des espaces verts ! Le terrain des Cuirassiers appartient à la Métropole tout comme l’espace devant FR3. Il est encore temps pour les élu-e-s d’en faire un espace vert. Il suffit de le voter ! Il est irresponsable de supprimer ces espaces verts.

– On peut stopper le projet de prolongation de la rue Bouchut qui sera une artère Est –ouest génératrice de pollution. Il est encore temps de ne pas prolonger la rue Bouchut, qui aura une forte densité de voitures et augmentera la pollution et la chaleur. II suffit de faire une trémie sur le Boulevard Vivier-Merle et de maintenir une sortie des véhicules sous la Part-Dieu, rue Servient, comme pourront le faire les voitures sortant du parking Béraudier. Et ainsi, on pourra maintenir un espace vert au centre de la Part-Dieu en face de la bibliothèque permettant ombre et fraîcheur par évapotranspiration et absorption du gaz carbonique.

– On peut encore diminuer les constructions d’immeubles de bureaux pour aérer la Part Dieu et éviter l’effet de réverbération sur l’espace devant FR3 et dans les projets de la tranche suivante (après 2022) autour de la cité administrative et près de la Métropole.

Tout cela dépend du vote des élu-e-s de la Métropole !!! Il ne suffit pas de communiquer sur la verdure il faut des actes ! Avec les futures canicules annoncées, supprimer des espaces verts et renforcer la densification d’immeubles et de tours est, sur le plan écologique, irresponsable. Le collectif Part-Dieu saura rappeler les votes et engagements des élu-e-s au moment des Municipales.

VOIR AUSSI