Environnement

Lyon Turin : des mesures environnementales pour le tunnel de base

Le tunnel transfrontalier s’inscrit dans le cadre de la Convention alpine visant à limiter au maximum les nuisances environnementales.

Un système de suivi environnemental du chantier de la section internationale de la liaison Lyon-Turin a été mis en place par LTF avec le ministère italien de l’Environnement, l’Agence régionale pour la protection de l’environnement en Italie, (ARPA) et l’Observatoire du Lyon-Turin. En France, LTF collabore avec la Direction départementale du territoire et la Direction régionale de l’environnement et de l’aménagement.

Ce système prévoit en France et en Italie des contrôles des terres et roches excavées, du bruit, des eaux de surface et souterraines, des radiations, d’éventuelles roches amiantifères, du PM 10 (teneur en plomb) et des poussières fines.

Des dispositifs anti-bruit seront  mis en place, notamment dans le secteur à l’air libre de Saint-Jean-de-Maurienne. Pour les poussières fines, plusieurs solutions sont prévues: limitation de la vitesse des camions sur les chantiers, arrosage des pistes autour des installations, etc.

Présence d’arsenic, sans risques

En Italie, 66  stations ont été installées sur le chantier de La Maddalena et sur des zones d’habitation environnantes. Certaines mesures prises par LTF en lien avec l’ARPA sur une courte section de ce chantier ont révélé la présence d’arsenic dans certaines roches. L’élément naturel est présent en faible quantité et en dessous de tout seuil de danger, soit environ 20 grammes par  tonne. La faible quantité d’arsenic présente dans ces roches n’empêche en aucun cas l’utilisation des rares déblais concernés.

40% des  matériaux réutilisés

 

Seize millions de mètres cubes  de gravats, de terre, etc. devraient résulter du percement du tunnel transfrontalier. Près de 40% seront réutilisés pour le revêtement du futur tunnel ou la réalisation de remblais à l’air libre et de buttes paysagères. Une partie des déblais restants sera transportée par bandes transporteuses et stockée dans d’anciennes carrières à réhabiliter ce qui limitera le transport par route ainsi que la création de nouveaux sites de stockage.

Lors de sa visite, Maurizio Lupi, ministre italien a mis en avant l’ouverture du chantier de La Maddalena au grand public permettant ainsi de faire connaître la rigueur avec laquelle les enjeux environnementaux sont pris en considération.

Pour plus d’information sur le suivi environnemental des travaux : http://www.ltf-sas.com/un-environnement-preserve/

VOIR AUSSI