Mobilité

Lyon Turin Ferroviaire et les pouvoirs publics prennent des précautions contré l’économie mafieeuse

Le risque existait, et existe peut-être toujours. Il est pointé par les opposants au Lyon Turin, qui reprennent par exemple les craintes d’un document de l’Europe évoquant l’emprise de l‘économie mafieuse en Italie, et potentiellement sur le projet Lyon-Turin.

Le tunnel de base international représente à lui seul un budget de plus de 8 milliards d’euros, auquel il faut ajouter en Italie, la voie ferrée qui reliera le tunnel à Turin, la gare de Suse et d’autres réalisations.

Certificat antimafia

Les responsables du projet ont pris conscience de ce risque. Lyon Turin Ferroviaire (LTF) , la société franco-italienne en charge des travaux dédie une ressource interne à la lutte antimafia. Elle a mis en place une procédure pour veiller au respect des procédures légales en particulier en ce qui concerne l’antimafia. Cette procédure rend obligatoire le certificat antimafia pour toutes les entreprises engagées dans les travaux, notamment  pour les appels d’offres supérieurs à 154 000 euros,

Lyon-Tutin Ferroviaire a des relations avec le Groupe Inferforces du Train à Haute Vitesse (GITAV) de la Direction des Enquêtes antimafia à la Questure de Turin. 

Un protocole avec l’Etat italien et les entreprises

Le 11 septembre 2012 un protocole a été signé pour la prévention de la criminalité organisée dans les travaux du Lyon Turin pour le chantier de la galerie de la Maddalena. Le protocole a été signé par le Préfet Alberto di Pace, par le Président de Lyon Turin Ferroviaire, Patrice Raulin, par les maires du secteur, et Mario Virano, Commissaire du Gouvernement italien pour le Lyon Turin.

Le protocole prévoit des contrôles approfondis sur les activités qui concernent tous les travaux et fournitures de services,  sur la main d’œuvre, sur les  flux financiers, les matériels, la sécurité. La lutte antimafia prévoit des contrôles  sur la traçabilité des équipements et des personnes admis sur le chantier, des contrôles sur la qualité des matériaux, sur les filières de paiement. Un bureau spécialisé de la Préfecture de Turin, sera mis en place avec la participation de la Direction provinciales du Travail et les syndicats, pour la surveillance des travaux et le contrôle de la sécurité des travailleurs.

Pas de signalement

En outre les Cours des Comptes italienne, française et européenne vérifient  sur les dépenses publiques . L’autorité de surveillance des marchés publics contre la légalité des contrats et la Structure technique de Mission du Ministère italien des Infrastructures, interviennent en qualité de contrôleur des travaux.

Lyon Turin ferroviaire explique avoir déjà confié des travaux en Italie à plus de 200 entreprises. Les mêmes obligations seront assumées par le nouveau promoteur qui succédera à LTF lors que le percement de la galerie principale commencera. Pour le moment, aucun signalement n’a été relevé.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI