Mobilité

La Coordination anti LGV Lyon-Turin met en cause un ” dossier” du magazine de la Région

La Coordination  contre le projet Lyon Turin voyageurs, met en cause dans un communiqué la publication dans le N° 25 de la revue « Rhône Alpes »  publiée par la Région Rhône-Alpes, un article dit « dossier » qui, selon les associations, “ tient plus du publi reportage que de l’information. Cette publication, qui reprend des déclarations de Bernadette LACLAIS, Vice Présidente aux Transports, sous la plume de la rédactrice en chef, est trompeuse, partiale et erronée.” La publication a été faite à la veille de la remise du rapport de la Commission d’Enquête Publique.

Les membres de la Coordination condamnent “fermement “ce procédé de « communication politique » et demandent au Président de Région, directeur de publication un droit de réponse.

2500 emplois pour le tunnel du Lötscheberg en Suisse

Les associations critiquent point à point le texte. Ce dernier annonce ainsi “ avec la plus parfaite mauvaise foi et à plusieurs reprises, la création de 30.000 emplois pour la durée des travaux ce qui est faux et laisse croire aux lecteurs un effet extrêmement positif pour l’emploi‘. Louis Besson, Président de la Commission Inter Gouvernementale Lyon Turin annonçait le 13 mars 2012 dans le Dauphiné Libéré 3.000 emplois pour les travaux. Le percement du tunnel suisse du Lötschebergn’en a créé que 1.800 ” souterrains, 2500 emplois en tout pour un ouvrage équivalent, point vérifié par Enviscope.com

Un solde négatif pour les emplois en exploitation

La Coordination met aussi en évidence un solde négatif en termes d’emplois routiers. Ce qui parait d’ailleurs cohérent avec l’objectif de réduction de ce type de transport. Le projet de loi validé par l’Assemblée Nationale en 2010 indique que l’exploitation de l‘Autoroute Ferroviaire Alpine  ( AFA) crée sur le territoire français un emploi pour mille camions transportés. Selon les prévisions de RFF cela représenterait donc en exploitation, avec 680 000 camions, 680 emplois alors qu’au moins 2.500 emplois seraient détruits dans les transports routiers selon le Conseil National Routier. En effet, le fait de mettre les camions sur les trains réduit le temps de conduite des chauffeurs routiers, donc les emplois possibles.

Un coût sous estimé

La rédactrice annonce un coût estimé pour le tunnel international de 8,5 Milliards d’€ alors que la société LTF, Maître d’ouvrage, annonce sur son site 9,975 Milliards d’€ . Cette minoration de 1,475 Milliard trompe les lecteurs et représente plus de 17% du montant annoncé !
Pour la Coordination, en raison de la longueur des ouvrages à réalser, notamment des tunnels, le  budget sera d’au moins 14 milliards d’euros pour les seules infrastructures. La Cour des Comptes estime les coûts à 11 milliards.

La rédactrice comme Bernadette LACLAIS ( alors vice-présidente en charge des transports,  laissent selon la coordination supposer que l’ensemble des camions circulant dans les Alpes françaises serait reporté sur le rail. Or seul le trafic transfrontalier entre Lyon et Turin. Le trafic interne au sillon alpin côté français, dans la vallée de l’Isère, dans la combe de Savoie est en grande partie un trafic régional. Le trafic camion régional représente 80% du trafic camion en Savoie et Haute-Savoie. (source Conseils Généraux)

Les associations fot remarquer que le trafic transfrontalier a plutôt stagné ou régressé globalement à travers les Alpes. Pour Daniel Ibanez, de la Coordination, cette stagnation puis ce recul  ont pour cause la désindustrialisation qui a touché la France et l’Italie, en particulier dans les régions comme le Piémont ou Rhône-Alpes. Le trafic transfrontalier a stagné de 1994 à 2000 pour décroître depuis et s’établir selon les derniers chiffres publiés au niveau de 1991 ( 1).

Explosion du trafic des voitures

Le trafic des véhicules légers a augmenté d’environ mille voitures/jour par an depuis 2003.  Les véhicules qui resteront sur les routes des Alpes (camions et voitures) représentent 94% des émissions polluantes. La Cour des Comptes indique dans son rapport de février 2012 : « La réduction des émissions de CO2, liée au report annuel de 500 000 camions, reste très modeste »

Le texte annonce un trafic transalpin du Mont-Blanc à Vintimille de 3 millions de camions. Le total est de 2,6 millions dont 1,3 Million à Vintimille. Une majoration de 400 mille camions (plus de mille par jour) soit plus de 15% du chiffre réel. Les associations comparent les chiffres de l’article du magazine de la Région,  aux source http://www.wk-transport-logistique.fr + Conseils Généraux + RFF LGV PACA.
Nous dénonçons et condamnons ces méthodes et ces « erreurs » qui ne peuvent être innocentes. Nous rappelons que d’autres solutions existent et permettent d’appréhender l’ensemble du transport routier, tant régional que transfrontalier, tant voitures que poids lourds. Les solutions résident dans l’amélioration des transports et des lignes existantes et non dans des solutions coûteuses et obsolètes.

michel.deprost@enviscope.com

Collectif Belledonne Ouest, Avressieux, Non Merci membres de la Coordination contre le projet Lyon Turin fret voyageur

VOIR AUSSI