Environnement

Moins de la moitié des habitants du territoire Alpes Sud Isère a un emploi

Bien que Grenoble ne fasse pas partie de ce territoire au sens administratif, ce dernier est malgré tout sous influence grenobloise. En effet, les deux tiers de la population vivent dans l’ère urbaine de Grenoble, mais près de la moitié des habitants a un emploi hors du territoire. Or, « une partie de ces habitants va travailler à Grenoble, ou au sein de la partie de l’ère urbaine située hors du territoire », explique Henri Lavergne, chef de projet d’étude au sein de l’INSEE Rhône-Alpes. Si le nombre de personnes qui travaillent hors du territoire est si élevé, c’est parce qu’un grand nombre de ceux qui s’y sont installés ont malgré tout conservé leur emploi à Grenoble.

Une influence conjointe de la montagne et de la ville

Cependant, les trajets domicile-travail se font essentiellement en voiture, notamment pour les personnes qui travaillent hors du territoire. En effet, Henri Lavergne déclare que « il y a très peu de transports qui permettent de se rendre hors du territoire ». En outre, la partie de l’ère urbaine de Grenoble située au sein d’Alpes Sud Isère est la plus petite des quatre parties du territoire. Néanmoins, 32 000 habitants, soit 45% de la population du territoire y résident. Alpes Sud Isère comprend également une zone de haute montagne. Il s’agit du territoire de l’Oisans qui accueille 16% de la population, et qui comprend deux grandes stations : l’Alpes d’Huez, les Deux Alpes.

 Sur les 71 000 habitants d’Alpes Sud Isère, moins de 45%, soit 31 000 personnes ont un emploi, dont 22 000 au sein du territoire. Henri Lavergne indique que « ce territoire compte certes des chômeurs et des enfants, mais également beaucoup de retraités qui sont attirés par le calme de la zone.

16% des emplois pour l’industrie

L’activité touristique représente 18% des emplois. Cependant, il faut y inclure des emplois liés à d’autres secteurs, comme le commerce qui est directement relié au tourisme. Trente pour cent des emplois du secteur tourisme sont saisonniers. Or, 80% de ces emplois sont concentrés sur le territoire de l’Oisans. En outre, l’industrie représente 16% des emplois, soit près de 5 000, dont 700 dans le domaine du bois papier, 500 pour la chimie, et 700 pour la fabrication de produits métaliques.

 Au cours des années, l’influence de la ville n’a cessé de progresser, ce qui a entraîné certaines mutations, dont la rénovation ou la construction de logements. « Le territoire compte un certain nombre d’habitats anciens et en mauvais état, ce qui explique la nécessité de rénover », indique Henri Lavergne. Cependant, il y a davantage de rénovation que de construction, pour des raisons de gain de temps. Ce secteur de la construction représente 9% des emplois.

jean-baptiste.jacquet@enviscope.com

Pour en savoir plus : Lettre Analyses N°211

VOIR AUSSI