Environnement

Le Parc Naturel Régional du Haut Jura sous l’influence économique de la Suisse

Dans le cadre des politiques territoriales développées par la région Rhône-Alpes, l’INSEE (Institut National des Statistiques et des Etudes Economiques) Rhône-Alpes réalise des diagnostics sur les différents parcs naturels régionaux (PNR) de la région. Le Parc Naturel Régional du Haut Jura est l’un des PNR étudiés. Bien que la plus grande partie de ce PNR soit située en Franche-Comté, une petite partie se trouve en région Rhône-Alpes. Cependant, certaines communes de ce PNR se situent à la frontière Suisse, comme celles du pays de Gex.

Ce Parc Naturel Régional abritait plus de 100 000 habitants en 2009. Mustapha Touahir, responsable des études à l’INSEE Rhône-Alpes indique que « ce chiffre englobe uniquement les communes situées dans leur totalité dans ce PNR, et pas celles qui n’y sont qu’en partie ». Cette étude montre que ce territoire possède un caractère rural important, car seulement la moitié de ses communes, et uniquement 73% de sa population, sont sous l’influence des villes, contre 84% dans la zone constituée des autres PNR de Rhône-Alpes.

Une augmentation de la population de 0,9% par an

Le Parc Naturel Régional du Haut Jura se situe en bordure de la frontière Suisse. Par conséquent, il bénéficie de l’extension économique de Genève. Mustapha Touahir explique que « le centre de gravité du territoire ce déplace de fait vers sa partie frontalière qui se trouve à l’est ». La population de ce PNR augmente en moyenne de 0,9% par an. Cette augmentation est due à la fois au solde naturel (0,5%) et au solde migratoire (0,4%). Cependant, si la partie Est du territoire bénéficie de ces deux moteurs,  ce n’est pas le cas de la partie Ouest qui est moins dynamique, dans la mesure où le solde naturel contribue seul à son développement.

En outre, ces migrations tendent à modifier la structure de la population. Ainsi, entre 2003 et 2008, le nombre d’élèves et d’étudiants a baissé de 17,8%. Mustapha Touahir explique que « cette baisse est également due au fait que le territoire du Haut Jura ne possède pas de pôle universitaire important ». Le nombre de retraités à lui aussi diminué, avec une baisse de 2% pour la même période. En revanche, le nombre de cadres et de professions intermédiaires a augmenté. Ainsi, le revenu net imposable moyen des habitants du Haut Jura est supérieur à la moyenne régionale! La plupart des hauts revenus sont situés à l’Est du territoire dans le pays de GEX.

En 2009, le nombre total d’emplois du territoire s’élève à 33 300. Ce chiffre est en stagnation depuis 1990. Cela s’explique notamment par d’importantes pertes d’emplois dans le secteur industriel (-32% depuis plus de 10 ans). Cependant, ce secteur représente 28% des emplois du territoire, contre 18,5% dans le reste des PNR de la région. Par ailleurs, ces pertes se compensent par le développement d’autres secteurs dont la santé, la culture, des loisirs ou de l’action sociale.

jean-baptiste.jacquet@enviscope.com

VOIR AUSSI