Environnement

Perroquets

Plusieurs programmes de protection des ” perroquets ” sont en cours.
Le Ara canindé (Ara glaucogularis) grand perroquet ne vit qu’en Bolivie dans une région de savane, le Béni est aujourd’hui menacé d’extinction.  Sa population sauvage est estimée à 400 individus répartis sur un territoire grand comme le Portugal. Outre la baisse de reproduction suite à la disparition des vieux arbres qui leur servent de sites de nidification, ces aras se sont raréfiés du  fait de leur capture en très grand nombre pour être revendus comme animaux de compagnie.
Si l’espèce est maintenant totalement protégée, il demeure encore un commerce illégal organisé en Bolivie.
Depuis de nombreuses années, l’association « Armonia » et la « Fondation Loro Parque » soutenues par d’autres  associations comme la CEPA ont mené des actions pour protéger et sauver ces oiseaux. Les études de terrain, la pose de nids artificiels, et surtout la sensibilisation des habitants du Béni ont permis d’augmenter les effectifs des aras et
diminuer la capture illégale.  Le Parc des Oiseaux est fier de participer au sauvetage d’une des espèces de perroquet les plus menacées au monde.
L’association des Amis du Parc a financé la venue au Parc des Oiseaux d’un couple de Ara canindé en 2006.
Le Perroquet du cap (Poicephalus robustus) : en danger
Cet oiseau est le plus gros perroquet du continent africain et la seule espèce endémique d’Afrique du Sud. Hôte naturel  des forêts de podocarpes (conifères), il a vu son territoire se réduire sous l’effet d’une exploitation forestière intensive.  L’espèce ne compterait plus qu’un millier d’individus sauvages et pourrait totalement disparaître d’ici 50 ans.   Ces oiseaux sont victimes de la disparition de leur milieu de vie et de leurs sites de nidification; ils sont aussi capturés  pour le commerce illégal, chassés et de plus infectés par une maladie virale qui fait mourir de nombreux jeunes.

Depuis quelques années, dans le cadre du « Cape parrot project », l’association « The Wild bird trust » a initié des actions  de sauvegarde : pose de nichoirs artificiels, plantations forestières, lutte contre le trafic, création de sanctuaires, etc.  En 2012, le Parc des Oiseaux s’engage dans la sauvegarde de l’espèce la plus menacée du continent africain.

VOIR AUSSI