Environnement

Poisson et PCB : pas de risques pour la santé

L’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse a publié au début du mois d’avril le rapport final sur les pollutions par les PCB dans les cours d’eau, mais aussi les sols, du bassin. L’étude prend aussi en compte l’imprégnation des poissons et des consommateurs de poissons.

Le rapport final Rapport_final_PCB_avril2014(1)  des études sur les pollutions par les PCB publié par l’Agence de l’Eau, comprend les résultats des études sur les poissons et les consommateurs de poissons.

Les fréquences de consommation observées dans l’étude restent modérées, en particulier pour les poissons fortement bio-accumulateurs de PCB. Rares sont les consommateurs qui atteignent un niveau de consommation hebdomadaire de ces espèces sur les sites d’étude. Ce résultat peut s’expliquer par la rareté ou la moindre valorisation des espèces par les pécheurs consommateurs, par rapport à d’autres espèces comme les sandres, les truites et les brochets nettement moins contaminées et davantage consommées.

L’étude montre logiquement une association nette mais modeste entre la consommation de poissons fortement bio accumulateurs de PCB et l’imprégnation des consommateurs. Cette association s’explique par la forte sur-représentation volontaire et contrôlée des consommateurs réguliers de poissons fortement bio accumulateurs.

Pas d’imprégnation significative pour les poissons faiblement accumulateurs

La contribution de la consommation de poissons faiblement bio-accumulateurs n’est pas significative. L’imprégnation des pécheurs amateurs ne diffère pas globalement de celle de la population générale à âge égal. En revanche, les pécheurs professionnels ayant participé à l’étude ont des imprégnations plus élevées que la population générale à âge égal. Cela pourrait s’expliquer par des fréquences de consommation plus élevées de poissons fortement bio-accumulateurs.

Peu de risques mêmes négligeables

 

Les participants ayant dépassé les valeurs d’imprégnation critiques en dessous desquelles les risques sont considérés comme négligeables sont très peu nombreux (27 sur 622). Leur proportion est du même ordre de grandeur qu’en population générale.

L’effet d’âge ou de génération étant le principal facteur explicatif de l’imprégnation aux PCB, les dépassements des valeurs d’imprégnation critiques sont observées aux âges les plus élevées des deux populations de référence dans la population générale : les femmes en âge de procréer, et autres adultes.

Même si leur nombre limité rend l’estimation peu précise, les pêcheurs professionnels sont proportionnellement plus nombreux à dépasser les valeurs d’imprégnation critique.

michel.deprost@enviscope.com

 

 

 

 

VOIR AUSSI