Actualités

Pourquoi et comment labelliser son entreprise vis à vis du développement durable?

Faut-il faire labelliser son entreprise?  Quelle crédibilité en terme de développement durable?Quelle démarche pour aboutir à la labellisation? Quels coûts? … telles sont les questions auxquelles devrait répondre la rencontre que propose Correl le jeudi 14 novembre à partir de 8h30, en partenariat avec le Label Lucie et Prioriterre.

Il existe aujourd’hui de nombreux signes de reconnaissances qui informent sur la qualité, sur la réduction des impacts environnementaux de produits ou de services ou qui attestent de l’engagement de l’entreprise en matière de responsabilité sociétale. Mais ces labels représentent un coût significatif. Les entreprises peuvent alors s’interroger sur les bénéfices qu’elles peuvent en tirer, notamment sur l’évolution du comportement des consommateurs.

Correl évalue, forme et accompagne des entreprises qui ont intégré les principes de la responsabilité sociétale dans leur organisation. Correl a été fondé par Fabienne Grébert et s’appuie sur un réseau de compétences externes pour développer des actions qui favorisent la diffusion de bonnes pratiques et la modification des comportements des collaborateurs et des clients. A ce titre, elle est désormais consultant partenaire du Label Lucie. Ce partenariat lui permet d’accompagner les entreprises qui souhaitent évaluer, développer et valoriser leurs engagements en matière de responsabilité sociétale. « Les entreprises ont le choix entre différentes options : se baser sur une promesse publicitaire qui peut représenter une stratégie commerciale plus opportuniste et moins coûteuse ;  ou s’engager dans une stratégie de labellisation qui peut être longue, moins couteuse et difficilement réversible. La deuxième constitue néanmoins un moyen de crédibiliser l’entreprise à travers l’intervention d’un organisme tiers indépendant, qui permettra de se différencier par rapport aux concurrents et forger l’estime accordée par les clients et consommateurs ».

En quelques années d’existence, Lucie est devenue en France le label de référence en matière de responsabilité sociétale. Créée  par l’association Qualité France (organisme certificateur créé en 1947 spécialisé sur la certification agro-alimentaire et le service), Lucie s’est associé à deux acteurs de renom :

–          Vigeo, 1ère agence de notation extra-financière européenne créée en 2002 par Nicole Cotat

–          Afnor leader français de la certification et pionnier dans l’évaluation des démarches développement durable.

Basé sur le référentiel ISO 26000, norme internationale qui définit les lignes directrices pour la responsabilité sociétale des organisations, Lucie se positionne comme une démarche structurante de progrès continue. L’entreprise candidate prépare sa démarche de labellisation en interne ou avec l’appui d’un consultant externe et peut s’autoévaluer, avant de demander à Vigeo ou Afnor une évaluation de ses pratiques autour 7 engagements et 28 principes d’action. A l’issue de cette évaluation, l’entreprise prend un certain nombre d’engagements écrits, pertinents, datés, précis et vérifiables. Le comité de labellisation valide ensuite ce plan d’actions et attribue le label pour une durée de 3 ans. Un audit intermédiaire est demandé au bout de 18 mois pour s’assurer du déploiement du plan d’actions. 70 organisations dans une cinquantaine de secteurs d’activités font aujourd’hui partie de la communauté Lucie et partagent leurs expériences, échangent des services et valorisent leurs engagements des services. Le Label s’adresse plus particulièrement à des PME ou des entreprises de taille intermédiaire.

Alors la RSE permet-elle de créer de la valeur? De nombreux chercheurs et consultants des sont penchés sur les effets de la responsabilité sociétale sur le capital immatériel ; l’entreprise verrait son compte d’exploitation s’améliorer de 0.9 à 42% et sa valeur globale pourrait augmenter de 25% (source Goodwill Management). Mais c’est Serge Magna, directeur du centre de vacances Les Flocons Verts aux Carroz d’Araches qui viendra nous exposer les résultats de sa démarche de labellisation. Il a fait le choix de faire certifier son établissement sous l’écolabel européen et exposera  le déroulement de la démarche et les attendus.

Le petit déjeuner est organisé dans les locaux de Prioriterre – à la Maison pour la Planète – 3 rue René Dumont – 74960 MEYTHET

Contact : Fabienne GREBERT – Correl – 09 51 29 06 21 – correl@correl.fr www.correl.fr

VOIR AUSSI