Énergie

Programmation de l’énergie : les antinucléaires attendent le gouvernement

Programmation de l’énergie : les antinucléaires attendent le gouvernement

La Programmation pluriannuelle de l’énergie doit être connue dans les prochains jours. Plusieurs associations prennent les devants et rappellent au gouvernement les engagements de la loi sur la transition énergétique. Les associations présentent les objectifs de la loi, mais ces objectifs sont en contradiction avec le dernier bilan des renouvelables pour 2015.

La Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) doit être connue dans quelques jours. Cette programmation doit transcrire les objectifs de la loi sur la transition énergétique en fixant des trajectoires d’évolution de la consommation et de la production d’énergie par filière pour les périodes 2016-2018 et 2019-2023.
Pour France nature environnement, le Réseau Action Climat, le Comité de Liaison pour des Energies Renouvelables et Greenpeace, le gouvernement ne peut revenir “ sur les grands principes que les députés ont adoptés en juillet 2015. La PPE pourra être considérée comme un outil de pilotage sincère uniquement si elle acte la baisse de la puissance nucléaire installée et permet ainsi de faire de la place aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.
 Les associations ont traduit les objectifs de la loi sur la transition énergétique en chiffrages pour les années 2018 et 2023 sur  six objectifs.
.
Réduction de la consommation d’énergie
 La loi fixe un objectif de baisse de la consommation et un autre sur la baisse de la consommation d’énergies fossiles. Ces objectifs découlent des travaux menés pendant le débat national sur la transition énergétique : seuls les scénarios prévoyant au minimum une division par deux de la consommation d’énergie en 2050 permettent de respecter le facteur 4 sur les émissions de gaz à effet de serre en 2050.

La loi prévoit une baisse de 20 % de la consommation énergétique finale en 2030 par rapport à 2012. Avec une consommation en 2012 de 155 Mtep, une évolution linéaire pour atteindre moins 20 % en 2030 donne 145 Mtep en 2018 et 136 Mtep en 2023.
La loi  ne fixe pas d’objectif spécifique pour la consommation d’électricité. Néanmoins, les autres objectifs donnent des indications.Une note adressée par les associations à la DGEC reprenait 6 scénarios électriques issus du bilan prévisionnel RTE 2014, 1 de la DGEC 2015 (AMS2), 1 de Greenpeace et 1 de négaWatt.
Pour ces scénarios la consommation d’électricité se situerait entre 415 et 449 TWh en 2018 et entre 395 et 447 TWh en 2023. (Référence 2014 : 430 TWh). Ce scénario prend en  compte une hausse  du parc de véhicules électriques avec 2,5 millions de véhicules hybrides et 1,9million de véhicules électriques en 2030.

Baisse de la consommation d’énergies fossiles
 La loi prévoit une baisse de 30 % de la consommation énergétique primaire des énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012 (128 Mtep ) Une évolution linéaire pour atteindre moins 30 % en 2030 (90 Mtep) nous donne 115 Mtep en 2018 et 105 Mtep en 2023. Il est à noter que le scénario de référence AMS2 est plus ambitieux puisqu’il arrive à une baisse de39 % de la consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012 (soit une consommation de 79Mtep.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !

VOIR AUSSI