Biodiversité

Protection des cultures et collecte des biodéchets : BASF diffuse un plastique biodégradable

BASF a mis au point sous la marque Ecovio, un plastique certifié biodégradable, qui permet de produire un film de protection des cultures, dégradable dans le sol, mais aussi utilisable pour des sacs de collecte des biodéchets.

Le concept d’économie circulaire prend de l’importance dans tous les domaines, notamment pour le cycle des aliments et nutriments. Avec son plastique Ecovio® certifié compostable, BASF a développé un portefeuille de matériaux pour diverses applications utilisables dans tout le cycle alimentaire.

Des films de paillage biodégradables dans le sol

Dans de nombreux pays, les agriculteurs utilisent des films de paillage en polyéthylène (PE) pour accroître le rendement des cultures (lutte contre adventices, protection du sol contre l’évaporation, lutte contre l’érosion, irrigation plus efficace, économies d’eau). Cependant, après la récolte, il est souvent impossible de récupérer complètement ces films, en particulier lorsqu’ils ne mesurent que quelques micromètres d’épaisseur, ils se désintègrent. Les résidus de PE non dégradable pénètrent dans le sol où ils s’accumulent et sont susceptibles de contaminer la chaîne alimentaire.

Or, une étude d’ETH Zurich démontre pour la première fois que les microbes du sol peuvent se nourrir des films en polybutyrate adipate téréphtalate (PBAT). Les microorganismes transforment le carbone du polymère en énergie et en biomasse. En conséquence, le PBAT est biologiquement dégradé dans le sol et n’y demeure pas comme le PE sous la forme de micro-plastique.

Sur la base de ce matériau et d’autres polymères biodégradables fabriqués à partir de matières premières renouvelables, BASF propose ainsi un plastique certifié biodégradable dans le sol (EN 17033) destiné aux films de paillage. Ces films peuvent ainsi être laissés dans le champ après la récolte. Il n’est plus nécessaire de les ramasser minutieusement et de les recycler, ce qui représente une économie de travail et d’énergie. Des microorganismes naturellement présents dans le sol (bactéries ou champignons) y trouvent un aliment qu’ils peuvent métaboliser. Après la biodégradation il ne reste que du CO2, de l’eau et de la biomasse.

Éviter le gaspillage à l’aide d’un emballage alimentaire intelligent

Ce type de film présente aussi des avantages dans le domaine des emballages. Grâce à une meilleure respirabilité, les sacs fruits et légumes préservent plus longtemps la fraîcheur des aliments. C’est du moins la conclusion d’une étude de l’Université des Ressources Naturelles et des Sciences de la Vie Appliquées de Vienne (Autriche), qui a mesuré la durée de conservation de différents types de fruits et légumes dans des sacs en PE et en Ecovio. Les seconds montrent un meilleur taux de transfert de vapeur et d’oxygène, ce qui permet une humidité et une concentration d’oxygène optimales pour les différents fruits et légumes emballés dans un sac de volume adéquat. La durée de conservation est ainsi prolongée, jusqu’à quatre fois pour les tomates.

Des sacs pour les déchets organiques

Ce type de film convient également à la confection de sacs à déchets organiques destinés au compostage ou à la méthanisation. En centre de compostage industriel, les microorganismes et leurs enzymes le biodégradent entièrement en quelques semaines (conformément à l’EN 13432).

 

VOIR AUSSI