R&D

Récupyl ( Domène) récompensée pour son procédé de recyclage des batteries lithium-ion

Récupyl ( Domène) récompensée pour son procédé de recyclage des batteries lithium-ion

Le prix a été remis le 1er juillet sur la thématique de «l’innovation en chimie en faveur du développement durable » à Farouk Tedjar, Président de Récupyl SAS, par Luc Chatel, secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation. Téléphones portables, ordinateurs, appareils photos numériques, camescopes et véhicules électriques utilisent les batteries lithium. Plus de 4 à 5 millions d’unités sont produites en Chine chaque jour et près de 2 milliards de téléphone portables utilisent la technologie lithium-ion délicates à recycler en raison de la réactivité du lithium et de la présence de composés organiques.


Trois voies de traitement existent : la pyrométallurgie ( traitement dans un four) , la cryogénie ou l’hydrométallurgie. Récupyl a opté pour cette troisième voie qui fonctionne à température ambiante et offre de meilleures garanties de sécurité et de meilleurs économies énergétiques.


Les batteries sont broyées mécaniquement avant l’opération de séparation magnétique des composants. Le broyage élimine papiers, plastiques et acier qui emprunteront le circuit des filières de valorisation. Le cuivre, le cobalt et le lithium récupérés par le biais d’un traitement chimique seront vendus à des récupérateurs. La solution brevetée s’adapte aux divers systèmes au lithium (cobalt, oxydes mixtes Co-Ni-Mn, électrolytes tous polymères…) et surtout à la nouvelle technologie des batteries lithium phosphate de fer ( LiFePO4) qui devraient connaître un essor dans le domaine du portatif et du véhicules électriques.




Le procédé mis au point par Récupyl, dans le cadre de l’Institut National Polytechnique de Grenoble permet d’éliminer les pollutions directes liées aux émissions de composés organiques volatils. En ce sens, il contribue à lutter contre les gaz à effet de serre. Les pollutions indirectes liées au transport de ce type de déchets vers les centres de traitement sont également limitées. En effet, le faible coût d’investissement permet de multiplier les installations et d’envisager des centres de retraitement de proximité. Le procédé permet un taux de récupération véritablement performant pour les métaux stratégiques que sont le lithium et le cobalt. Le procédé de recyclage permet d’atteindre un taux de valorisation matière supérieur à celui imposé par la Directive pour ce type de produits.



Après avoir exploité un pilote industriel démonstratif sur son site de Domène et obtenu un brevet mondial, Récupyl a lancé depuis avril 2007, la construction de son premier site industriel de traitement de batteries Lithium-ion à Singapour, d’une capacité de traitement de 320 tonnes de batteries Lithium-ion par an. D’autres implantations sont en cours sur les continents européen, asiatique et américain, offrant ainsi des solutions de recyclage de proximité.



En 2007, l’action de Récupyl SAS en faveur du développement durable a été récompensée par L’ADEME, avec le premier prix dans la catégorie PMI-PME du Trophée des Economies, puis en décembre 2007, avec la nomination du Docteur Farouk Tedjar par le jury du Prix de l’Ingénieur Inventeur, Prix Chéreau-Lavet.


Adhérente au pôle de compétitivité Axelera, Chimie-Environnement Lyon Rhône-Alpes, Récupyl SAS pilote le projet Revamatic qui vise à développer un procédé innovant et respectueux de l’environnement qui permette le traitement et la valorisation des effluents métalliques générés par l’industrie de la microélectronique. Ce procédé sera conçu dans un objectif de confiner la pollution à la source et d’installer donc des unités de proximités sur les sites de production. Le projet a été co-labellisé par les deux Pôles de Compétitivité Axelera et Minalogic.


Pour en savoir plus sur Recupyl: www.recupyl.com



VOIR AUSSI