Construction et aménagement

Réseau routier : Collectivités et Etat font gonfler une dette grise

Réseau routier : Collectivités et Etat font gonfler une dette grise

Le Syndicat professionnel régional de l’industrie routière (SPRIR) d’Auvergne Rhône-Alpes attire l’attention sur la dégradation du réseau routier national et des routes régionales. Comme le réseau ferroviaire, le réseau routier, “premier réseau social” traverse une longue période de  ” fausses économies.”

L’industrie routière sort péniblement de plusieurs semaines qui l’ont privée de bitume, matériau indispensable à la construction et à la réparation des chaussées et espaces publics. Ces perturbations ont entrainé un nouveau recul pour un secteur qui a vu son activité chuter de 30% du 15 mai au 30 juin.  La baisse du chiffre d’affaires a été de 20% et  15 000 heures de travail ont été perdues, explique Philippe Puthod, président du Syndicat professionnel régional de l’industrie routière d’Auvergne Rhône-Alpes.

Cette dégradation intervient après plusieurs années de baisse des marchés routiers, pour le neuf, mais aussi pour l’entretien qui représente environ 70% de l’activité des entreprises du secteur.

Ce contenu est réservé aux abonnés...

Déjà abonné ? Connectez vous !

VOIR AUSSI