Bioéconomie

Rhône-Alpes cherche des agriculteurs

“C’est une question d’indépendance alimentaire ! ” Jean Luc Flaugère, président de la Chambre Régionale d’Agriculture Rhône-Alpes ne plaisante pas. L’avenir de l’agriculture en Rhône-Alpes est en jeu pour une production agroalimentaire de qualité et de proximité.

Pour maintenir une agriculture  dynamique, qui produise de l’alimentation, mais aussi de la biomasse pour des usages variés, qui entretienne les espaces il faut des agriculteurs. Il faut donc installer des professionnels.

L’agriculture régionale comprend 39 000 exploitations, qui emploient sur 1,4 millions d’hectares, 74 000 actifs permanents. Les exploitations sont dirigées par 46 400 chefs d’entreprise, et chaque année 1800 chefs d’exploitations cessent leur activité.

Les chefs d’exploitations vieillissent, et la question de la succession et de l’installation est cruciale. Mais les installations ne comblent pas les départs.  «  On remplace environ 60% des départs et chaque année environ entre 900 et 1000 nouveaux agriculteurs s’installent “explique Jean-Luc Flaugère.

Pour améliorer ces résultats, les professionnels, la Chambre régionale d’Agriculture, l’Etat et la Région associent leurs efforts. Ce jeudi s’est tenue à Agrapole, une rencontre dédiée à l’installation. Un site www.deveniragriculture.fr a été lancé.

Pas forcément enfants d’agriculteurs

Les actions en faveur de l’installation visent des publics plus larges. Les futurs agriculteurs ne sont pas forcément des enfants d’agriculteurs, loin de là. Les nouveaux agriculteurs issus d’autres milieux sont de plus en plus nombreux. Il y a de plus en plus de femmes. Et quelques années comme salarié agricole peuvent donner une bonne formation, une bonne idée du projet, créer des liens.

Les premiers obstacles sont liés à la méconnaissance des milieux à l’appréhension d’un mode de vie différent, des heures de travail nombreuses pour des revenus parfois incertains. Les futurs agriculteurs savent qu’il faut un compromis, entre les avantages d’un mode de vie, une certaine liberté, des heures de travail raisonnables et des revenus décents.

L’obstacle financier peut être de taille, en particulier pour les activités s qui imposent des investissements en terme d’équipements, bâtiments et machines. La question des terres est souvent difficile, en raison d’une augmentation du prix du foncier, mais de nombreuses solutions existent.

«   Pour s’installer, il faut une idée, notre rôle est d’aider à améliorer les projets » rappelle JeanLuc Flaugère. Une démarche partagée par Michel Grégoire, vice-président de la Région Rhône-Alpes en charge de l’Agriculture et Gilles Pélurson, Directeur régional de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) de Rhône-Alpes.

L’organisation de l’installation et de la transmission et de l’installation s’affine dans la Région.  Un réseau de 16 points d’accueil permet d’orienter les candidats aux deux démarches dans les chambres d’agriculture de Rhone-Alpes.

Les conseillers à l’installation aident à établir un diagnostic, orientent les candidats  qui peuvent suivre une première formation de trois jours. Chaque année en moyenne 500 personnes sont reçues et 2 000 entretiens sont réalisés. En février 2014, le Mois de l’Installation réunira des actions sur ce thème.

Pour la transmission,  les conseillers des chambres mettent en relation les cédants et les repreneurs. Les Points Accueil transmission reçoivent chaque année environ 1500 personnes et accompagnent environ 600 chefs d’exploitations  dans leur cessation d’activité. En novembre 2013, un mois de la Transmission regroupera des évènements sur cette démarche. Pour que l’agricuture régionale évolue.

michel.deprost@enviscope.com

VOIR AUSSI