Environnement

Grand Stade de Lyon: l’association Déplacements Citoyens demande un vrai débat public

L’analyse multicritères présentée le 27 mai par l’association Déplacements Citoyens à l’issue de son assemblée générale, en liaison avec la coordination associative CEDRUL, met en évidence que le choix de Décines serait de loin le plus mauvais des quatre hypothèses qu’elle a analysées.
L’association a analysé quatre hypothèses : Gerland (agrandi à 50 000 places), et trois autres sites avec un stade de 60 000 places : Vénissieux Puisoz, Eurexpo Sud, et Décines Montout.


Pour l’association, le site de Décines Montout cumule les mauvaises appréciations . Il est très excentré par rapport au centre ville ce qui participe à un étalement urbain contraire aux principes définis par le Grand Lyon. L’accessibilité en transports en commun et en voiture est la plus mauvaise des quatre sites étudiés. Déplacements Citoyens estime que les bilans sont « très médiocres en terme d’émissions de CO2, de prélèvements de terres agricoles, et en terme de nuisances sonores et atmosphériques pour les riverains»



Trois cents millions d’investissements pour une opération privée


Déplacements Citoyens calcule en effet que le coût des infrastructures publiques à construire (routières, autoroutières, transport en commun, parkings, etc.) ” au profit essentiel d’un projet privé, se situe largement au delà de 300 millions d’euros soit au moins 5 fois plus que Vénissieux-Le Puisoz, pour une accessibilité en transports en commun qui resterait 5 fois moins efficace” . Le site du Puisoz est desservi par la ligne D de métro et par la ligne de tram


T4


Au total, l’approche effectuée par l’association place en tête des meilleurs choix les hypothèses de Gerland et du Puisoz loin devant Eurexpo Sud. Décines en dernière position.



Dans l’intérêt du Grand Lyon et de ses citoyens, et probablement aussi dans celui de l’Olympique Lyonnais, il parait « indispensable de reprendre dans la clarté et avec professionnalisme, l’étude comparative des solutions Gerland (50 000 places) et le Puisoz (60 000 places) qui n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucun débat public démocratique digne de ce nom»



L’association s’interroge aussi sur la dépense représentée par un investisement à Décines.L’hypothèse Décines représenterait un total d’investissement privés et publics de l’ordre de 700 à 900 millions d’euros pour un équipement qui ne serait utilisé qu’une trentaine de jours par an . Pour l’association l’importance de ces investissement impose au Grand Lyon de « ne pas continuer à gérer ce dossier en vase clos, à la seule échelle des intérêts du groupe financier O.L. »




VOIR AUSSI