Énergie

Transport de déchets nucléaires italiens : Sortir du Nucléaire et Sud RAIL dénoncent le secret

Les organisations dénoncent le caractère secret du transport effectué ce lundi, le convoi arrivant en France en Savoie et passant par le département de l’Ain avant d’arriver en région parisienne, pour un transfert final par la route des déchets. Les deux organisations dénoncent l’attitude du président de la SNCF, Guillaume Pepy « cautionnant même ouvertement le classement secret défense de ces convois, l’interdiction de relevé de mesures sur les Castors par des laboratoires indépendants et la désinformation quant aux horaires de passage »
« Les cheminots ne sont pas des travailleurs du nucléaire et n’ont pas à être soumis aux mêmes risques. Ils sont pourtant directement exposés aux risques liés aux transports de déchets radioactifs, ne reçoivent aucune formation et ne sont même pas informés de la présence de CASTORS cachés dans les convois. » s’insurge SUD-RAIL.
Les organisations poursuivent : « Si le transport ferroviaire est plus sûr que le mode routier, il présente un risque de catastrophes plus importantes du fait de la concentration des déchets et ne possède pas de solution d’évitement des zones urbaines ».
Les deux organisations signalent aussi des incidents en Italie où une trentaine de militants anti-nucléaire réunis aux alentours de la gare de Chiusa San Michele, dimanche matin, à l’appel du comité « Feme Non Tav » ont été dissuadés de manifester par des policiers. « A 3h40, les forces de l’ordre sont intervenues par la force chargeant les manifestants présents, leur donnant des coups de matraque et les repoussant pour les bloquer contre un mur. A 4h10, ils étaient divisés en deux groupes et forcés à se coucher par terre, à coups de matraque et d’insultes. Ils ont ensuite étaient retenus sur place jusqu’à 06h30 avec interdiction de communiquer entre eux » Le Réseau « Sortir du nucléaire » et la fédération SUD-RAIL condamnent les violences dont ils ont été victimes.

VOIR AUSSI