Construction et aménagement

Sraddet Auvergne-Rhône-Alpes : le Rassemblement Citoyen Ecologiste et Solidaire partage l’avis de l’Autorité Environnementale

Pour le Rassemblement Citoyen et Ecologiste, l’avis critique de l’Autorité Environnementale confirme son point de vue sur les ambitions insuffisantes du Sraddet Auvergne-Rhône-Alpes.

©Région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour les élus régionaux du groupe Rassemblement Citoyen, Ecologistes, Solidaire (RCES) l’avis de l’Autorité Environnementale sur le projet de Schéma Régional d’Aménagement, de Développement Durable et d’Equilibre des Territoires (Sraddet) est un élément qui sera pris en compte par l’enquête publique lancée lundi 2 septembre, ouverte jusqu’au 4 octobre.

L’Autorité environnementale, rappelle le groupe RCES, ne peut émettre globalement d’avis ou favorable ou défavorable au schéma. L’Autorité exprime des remarques sur la qualité des données, des méthodes, des arguments. Ses recommandations indiquent clairement, pour RCES « que Laurent Wauquiez doit revoir sa copie. Beaucoup des recommandations faites font échos aux propositions relayées sans succès par les élus RCES en mars dernier lors de l’adoption du projet au conseil régional ».

Pour Fabienne Grebert, élue RCES et membre de la commission environnement, « l’Autorité environnementale a noté comme nous que le Sraddet était peu prescriptif. De ce fait, elle estime que les avancées environnementales seront restreintes. » En effet, faute de règles claires, de nombreux autres documents auxquels le Schéma s’impose pourront être conçus avec une plus grande liberté.

Une surface artificialisée qui augmente de 1 600 hectares par an

Fabienne Grebert note aussi que l’Ae « recommande l’ajout d’une règle imposant un objectif chiffré de réduction la consommation de l’espace à horizon 2030. C’est effectivement essentiel et nous l’avions porté dans le débat. Chaque année, en Auvergne-Rhône-Alpes, la surface artificialisée augmente de 1 600 hectares soit l’équivalent de 2 300 terrains de rugby. La Région doit être cheffe de file dans la préservation des espaces naturels et agricoles. Pourtant, la seule réponse du Vice-Président Hortefeux à nos demandes avait été de ne surtout ajouter aucune contrainte. Espérons que l’avis de l’Autorité environnementale soit plus suivi. »

Jean-Charles Kohlhaas, élu RCES membre de la commission transports remarque que « comme nous l’avions souligné, l’autorité environnementale note que si certains objectifs proposés par le Sraddet paraissent relativement ambitieux, le dossier ne parvient pas toujours à démontrer comment les règles et mesures prévues permettront de les atteindre. Il existe en effet un gouffre entre le rapport d’objectifs très ambitieux et les règles très peu contraignantes. Nous avions dénoncé à l’époque le Sraddet du « en même temps ». Là encore, espérons que l’autorité environnementale soit plus et mieux écoutée que les élus d’opposition. »

Pour le groupe RCES, « si Laurent Wauquiez ne veut pas se faire retoquer son Sraddet comme en Normandie (qui a vu son plan déchet, annexe du Sraddet, être annulé par la justice), il doit revoir sa copie et tenir compte des nombreuses recommandations de l’Autorité environnementale. Nous y veillerons ! »

VOIR AUSSI