Construction et aménagement

Transports : L’état des lignes ferroviaires d’Auvergne-Rhône-Alpes est inquiétant

Dans le cadre de l’assemblée plénière du Conseil régional du 23 juin, un rapport concernant l’état des lignes ferroviaires d’Auvergne-Rhône-Alpes a été présenté. Celui-ci juge l’état des lignes ferroviaires de la Région inquiétant.

Trente cinq pour cent des lignes ferroviaires d’Auvergne-Rhône-Alpes sont menacées de suppression ou de ralentissement.” Ce constat a été fait par Patrick Mignola, vice-Président aux transports de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre de la présentation en assemblée plénière d’un rapport d’information sur l’état des lignes ferroviaires de la Région. Celui-ci avait été commandé en octobre 2015 par Jean-Jack Queyranne, ancien Président de la Région Rhône-Alpes.

Ce rapport qui vient d’être remis pointe la situation inquiétante de l’état des lignes ferroviaires de la Région. 62% des lignes menacées sont situées en Auvergne. Patrick Mignola explique que “139 millions d’euros ont été programmés pour les transports par l’ancienne majorité dans le cadre du Contrat de Plan Etat-Région (CPER) 2015-2020, alors qu’il en aurait fallu 415 millions.

La faute à l’Etat et à la SNCF

Patrick Mignola pointe “la faute de l’Etat à qui les lignes ferroviaires appartiennent, mais aussi de la SNCF qui n’a pas assez attiré l’attention de l’Etat et de la Région.” Dès 2005, un rapport de l’école Polytechnique de Lausanne avait pointé ce délitement des lignes ferroviaires au niveau national.

Le vice-Président trouve “regrettable la politique de l’ancienne majorité qui consistait d’une part à commander du nouveau matériel, mais de le faire rouler sur des lignes obsolètes, et d’autre part à promettre la commande de nouvelles lignes comme Lyon-Trévoux, alors que les lignes existantes rencontrent des difficultés.”

Réinjecter de l’argent dans le CPER

Pour palier rapidement ce retard, l’exécutif régional propose de mobiliser l’Etat afin qu’il augmente dans le cadre du CPER ( Contrat de Plan Etat Région)  la subvention en terme de transports, sans attendre la clause de revoyure de 2017. Ainsi, Patrick Mignola estime que “ l’Etat ne peut transférer des compétences à la Région sans mettre les moyens qui vont avec.” Par ailleurs, la Région a prévu de mettre en place dès septembre un plan de sauvetage pour deux lignes ferroviaires dont la rénovation va être financée. Il s’agit des lignes Lyon Paray-le-Monial à hauteur de 14 millions d’euros, et Saint-Etienne Firminy Le-Puy-en-Velay à hauteur de 51 millions d’euros.

mailto : jean-baptiste.jacquet@enviscope.com

VOIR AUSSI