Science

Trois nouveaux académiciens parmi les scientifiques lyonnais

Le monde lyonnais de la recherche en sciences dites « dures », progresse en matière de reconnaissance et le fait savoir d’une manière unie, au sein de l’Université de Lyon. L’Ecole Normale Supérieure et l’Université Lyon 1 signalent que trois de leurs chercheurs viennent d’être admis à l’Académie des Sciences et à l’Académie des Technologies.

Philippe Sautet directeur du Laboratoire de Chimie de l’École normale supérieure de Lyon (CNRS-ENS de Lyon) est un spécialiste de recherche en « chimie propre ». Ingénieur de l’École Polytechnique (Promotion 82) , titulaire d’un doctorat de chimie théorique (Université Paris-Sud 11) Philippe Sautet a reçu en 2007 la Médaille d’argent du CNRS pour ses travaux sur la catalyse. Directeur de Recherche au CNRS, dirige le Laboratoire de Chimie de l’ENS où travaillent 90 personnes l’Institut de Chimie de Lyon (1 000 personnes). Ses recherches portent plus particulièrement sur la théorie de la structure électronique à l’interface solide-gaz et la modélisation des étapes élémentaires de la catalyse hétérogène. Il collabore avec de nombreux groupes expérimentaux dans ce domaine, en Europe et aux États-Unis.
Patrick Flandrin, est Ingénieur de l’ICPI Lyon en 1978, Docteur-Ingénieur en 1982, puis Docteur d’Etat ès Sciences Physiques en 1987, toujours à l’INPG de Grenoble. Agé de 55 ans il est entré au CNRS en 1982 où il est aujourd’hui Directeur de Recherche. Il a reçu la Médaille d’argent du CNRS 2010. Depuis 1991, Patrick Flandrin travaille au Laboratoire de Physique de l’École normale supérieure de Lyon, dans l’équipe de recherche SISYPHE (SIgnaux, Systèmes et PHysique). Patrick Flandrin réalise des recherches sur les signaux non
stationnaires, temps-fréquence, ondelettes, lois d’échelle et systèmes complexes.
Rattachée à l’Institut de France, l’Académie des Sciences (www.academie-sciences.fr) fondée par Colbert en 1666 rassemble des
scientifiques français de rayonnement international et associe des savants étrangers parmi les plus éminents. Ses
missions comprennent notamment la rédaction de recommandations sur des questions de société liées au développement des sciences, la promotion des relations scientifiques internationales, ou encore l’aide à la diffusion des connaissances. Elle participe également aux réflexions sur l’organisation de la recherche française.
Pierre Toulhoat à l’Académie des Technologies

Pierre Toulhoat, 53 ans, ancien élève de l’Ecole normale supérieure de Paris est entre en 1981 au CEA où il explore divers secteurs de la chimie analytique environnementale à travers les aspects expérimentaux et la modélisation. En 2002, il devient responsable du projet d’Institut des Sciences Analytiques (ISA) qui rassemblera en 2012 à la Doua les forces de recherche
lyonnaises dans ce domaine, constituant un pôle scientifique de rayonnement
international. Pierre Toulhoat est par ailleurs directeur du Centre européen de RMN à très hauts champs de Lyon (CRMN, CNRS / ENS de Lyon / Université Claude Bernard Lyon 1). Ce centre dispose notamment du plus puissant spectromètre RMN au monde, inauguré en octobre 2009. Il est directeur scientifique de l’INERIS (Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques) depuis 2005.
L’Académie des Technologies (www.academie-technologies.fra) créée à l’initiative de l’Académie des sciences émet des propositions et des recommandations pour une meilleure exploitation des technologies au service de l’Homme.

VOIR AUSSI