Environnement

Une molécule évitant la formation de plaques dans les artères identifiée par des chercheurs lyonnaise

Le tabagisme, hypercholestérolémie, diabète, hypertension artérielle favorisent l’athérothrombose un processus dégénératif qui aboutit à une rigidité artérielle athérosclérose. L’athérothrombose aboutir à la formation de plaques à l’intérieur des artères de manière diffuse et non homogène. Ces troubles mènent à des accidents vasculaires divers.

L’équipe « Mécanismes lipidiques du risque vasculaire » dirigée par Michel Lagarde ,Professeur de Biochimie à l’INSA de Lyon, au sein de l’UMR INSERM 870, INSA de Lyon, INRA 1235, Université Lyon 1 (Directeur Hubert Vidal) a compris le rôle crucial d’une famille de molécules capables d’éviter la formation de plaquettes sanguines impliquées dans les accidents vasculaires.

Les molécules identifiées possèdent une structure spécifique, issue de l’oxygénation d’acides gras polyinsaturés d’intérêt
nutrition. La protectine DX, précédemment caractérisée par la même équipe possède cette structure ou motif moléculaire spécifique. Toutes les molécules bio synthétisées possédant cette structure sont de puissants inhibiteurs de l’agrégation plaquettaire.
Avec Insavalor filiale de valorisation de l’INSA de Lyon, ce motif moléculaire particulier a fait l’objet d’un dépôt de brevet en 2009 et a conduit au dépôt, du nom générique de « poxytrins » pour « PUFA oxygenated trienes ». Ces données permettent une meilleure compréhension des mécanismes d’action de certains acides gras polyinsaturés d’intérêt nutritionnel dans la protection contre les risques d’athérothrombose. Cette découverte ouvre des pistes de recherche pour le développement d’agents anti-thrombotiques.

VOIR AUSSI