Vallée de l’Yzeron : une concertation longue pour établir la confiance

Pour expliquer l’intérêt de deux barrages secs sur l’Yzeron le SAGYRC a mené en 2016 une longue concertation. Les associations mobilisées trop tardivement ont enrichi le projet mais ont aussi parfois biaisé l’information.

On peut le dire, le Syndicat d’aménagement et de gestion de l’Yzeron (SAGYRC) a plutôt bien agi quand il a lancé la concertation sur le projet de deux barrages secs sur le cours de l’Yzeron. Ces deux barrages doivent permettre en cas de fortes crues de retenir les eaux quelques heures et de limiter les risques.

Les barrages ont été annoncés de longue date comme élément de la stratégie de prévention des inondations.  Après une concertation menée en 2008, la concertation sur les barrages a été conduite du 4 avril au 30 novembre 2016 sous la houlette d’un professionnel du dialogue, Bernard Jacquand.

La concertation a réuni  plus de 500 personnes lors de réunions publiques à Tassin-la -Demi-Lune (80 participants) et à Francheville (450 participants), commune où le projet proposé était plus important. Des ateliers sont été mis en place associants élus, associations, riverains et 173 avis ont été donnés sur les registres.

Les avis favorables se sont davantage exprimés sur les registres où les opinions positives représentaient 60% des messages. Les réunions publiques ont davantage été mises à profit par les des opposants qui ont repris les arguments des associations.  De même les opposants ont repris des solutions alternatives proposées par les associations.

 

La concertation qui devait porter sur l’intégration des barrages est revenu sur le bien-fondé de ces derniers, sans doute considérés du point de vue de leur aspect, de leur masse, de leur cout supposé, comme des projets surdimensionnés. On retrouve souvent l’idée que des solutions alternatives plus réparties seraient plus efficaces.

Les opposants aux barrages n’ont pas manqué de regarder les actions menées dans des situations similaires, dans la vallée de la Brévenne par le syndicat  en charge de cette rivière. Les opposants sollicitent l’avis du président du syndicat, qui a justifié son choix de retenues collinaires bien en amont. Les opposants ont reproduit les propos qui allaient dans le sens de leur thèse. Ils sont ” omis ” de dire, souligne Bernard Jacquand que le syndicat de la Brévenne aurait préféré une solution ” barrages’ que seule la configuration de la vallée, très large a interdite.

Bernard Jacquand a  demandé aux associations de“donner toutes les informations”. Il a aussi montré comment les consultants ou bureaux d‘études, font preuve d’indépendance et n’ont pas de solution à priori. ” Nous avons montré que des bureaux d’études avaient aussi préconisé parfois, dans d’autres dossiers,  la solution des retenus en amont ».

 

Au final, la concertation a été productive. Si elle n’a pas remis en cause le bien fondé des barrages, elle permis de mieux les intégrer par exemple en préconisant le réaménagement de sentiers. Une bonne partie des mesures proposées par les citoyens étaient déjà proposées par le SAGYRC. La concertation a permis de les enrichir, de la compléter, et surtout de les faire connaitre.

Il est possible se s’interroger sur la manière dont la concertation, ou du moins le suivi d’un projet pourrait être lancé très en amont par un groupe de citoyens associés, servant de courroie de transmission de confiance, entre élus, techniciens et citoyens.

michel.deprost@envicope.com

LinkedIn
Twitter
Email

à voir

Related Posts

Mag2lyon numéro 163
Lire la vidéo
Lire la vidéo
Lire la vidéo

Derniers articles publiés

Enquêtes

Reportage Vin 31

Dossiers

Territoires

Environnement

Energie

Mobilité

Médiathèque

économie

économie durable

bioéconomie

économie circulaire

Construction et aménagement

Recherche

Bienvenue !

Connectez-vous à votre compte

Récupérez votre mot de passe

Veuillez entrer votre nom d'utilisateur ou votre adresse e-mail pour réinitialiser votre mot de passe.